Digues de l’Isère

Invités à manger chez des amis au Versoud, dans la vallée du Grésivaudan, je décide d’y aller en vélo. Un parcours de vingt cinq kilomètres, où je croise en cet fin de dimanche après midi de nombreux promeneurs, joggeurs, cyclistes,(tiens ! pas de cavaliers aujourd’hui). Je roule en short et tee shirt pour la traversée de la ville puis torse nu sur les digues de l’Isère jusqu’à mon objectif. Après le repas, la nuit est tombée. Ma compagne rentre en voiture, je reprend mon vélo. Une lumière à l’avant éclaire vaguement le chemin, mais la lune, au trois quart pleine, ajoute sa clarté. Dès que j’ai rejoint la digue, je m’arrête pour me déshabiller. La fraîcheur de la nuit est compensée par l’effort du pédalage. Et puis c’est si bon de sentir l’air sur tout le corps. A Domène, je me rhabille pour traverser l’Isère sur le bord de la route, et retrouve vite la digue et ma tenue. Quelques kilomètres plus loin, le goudron laisse la place à un revêtement de terre et de gravillons. La piste suit les méandres de la rivière, contourne le lac de la Taillat, passe sous la rocade autoroutière. En vue de l’Île d’Amour et du domaine universitaire, j’enfile un gilet fluo qui ne me couvre pas vraiment mais peut donner l’illusion que je suis vêtu. A partir de là, le cheminement est bien éclairé par des réverbères. Je suis en zone urbaine. Je traverse la passerelle du tramway, longe l’entrée de ville, passe sous le pont de l’Île Verte. Finalement je vais laisser la piste cyclable pour les rues. J’enfile mon short. Les derniers kilomètres sur les quais et la montée jusqu’à chez moi. J’ai bien fait une vingtaine de kilomètres nu.
Deux ans auparavant, j’avais fait la même chose, mais en empruntant la digue sur l’autre rive de l’Isère.


Invited to eat with friends in Versoud, in the Grésivaudan valley, I decide to go there by bike. A course of twenty five kilometers, where I meet at the end of Sunday afternoon many walkers, joggers, cyclists, (no riders today!). I ride in shorts and tee shirt for the crossing of the city then naked torso on the dikes of the Isère until my objective. After dinner, it got dark. My partner drives home, I get my bike back. A light at the front vaguely illuminates the path, but the moon, at three full quarters, adds its clarity. As soon as I reach the dike, I stop to undress. The coolness of the night is compensated by the effort of pedaling. And it’s so good to feel the air all over your body. At Domène, I put my clothes back on to cross the Isère on the side of the road, and quickly found the dike and my outfit. A few kilometres further, the asphalt leaves the place to a covering of earth and gravel. The track follows the meanders of the river, goes around the Taillat lake, passes under the motorway bypass. In view of the Isle of Love and the university domain, I put on a fluorescent vest that does not really cover me but can give the illusion that I am dressed. From there, the path is well lit by streetlights. I’m in an urban area. I cross the tramway bridge, walk along the entrance to the city, pass under the Ile Verte bridge. Finally I will leave the bike path for the streets. I’m putting on my shorts. The last few miles on the quays and up to my house. I did about 20 kilometers naked.Two years earlier, I had done the same thing, but using the dike on the other bank of the Isère.

Mont Jalla

La nuit est si chaude que je n’arrive pas à dormir. Quatre heures et demi, je me lève et décide d’aller marcher un peu. Deux kilomètres de voiture. Je me gare et pars à pieds. Dès que j’ai dépassé les dernières maison du hameau, je quitte mon short et mon tee shirt. Il fait encore nuit. Le chemin grimpe avec un bon raidillon puis reste à flanc de colline pour rejoindre le mémorial des troupes de montagnes, monument de marbre blanc qui domine la ville de Grenoble. Je suis là quand la lumière commence à pointer. Je continue sur le chemin qui monte vers le Rachais. Quelques lacets m’amène vers le sentier qui conduit à une croix qui rappelle le sacrifice de maquisards en juillet 1944. Dans le coin se trouve une geocache que je trouve facilement. Je regarde le jour se lever sur la ville, les falaises du Vercors se teinter de rose, le mémorial prendre le premier rayon de soleil. Il est temps de faire demi-tour. Je ne me rhabille qu’en arrivant au hameau. Deux heures de randonnue avant d’attaquer une journée de travail.


The night is so hot I can’t sleep. At half past four, I get up and decide to go for a walk. Two kilometres by car. I park and walk away. As soon as I have passed the last houses in the hamlet, I take off my shorts and shirt. It is still dark. The path climbs up with a good raidillon then stays on the hillside to reach the mountain troops memorial, a white marble monument that dominates the city of Grenoble. I’m there when the light starts to come on. I continue on the path that goes up towards the Rachais. A few laces lead me to the path that leads to a cross that recalls the sacrifice of the maquisards in July 1944. In the vicinity is a geocache that I find easily. I watch the day rise over the town, the cliffs of the Vercors turn pink, the memorial catch the first ray of sunlight. It’s time to turn back. I don’t get dressed until I get to the hamlet. Two hours of naked hiking before attacking a day’s work.


Charmant Som

A la fin d’une longue journée de travail, je suis monté en voiture jusqu’à l’alpage du Charmant Som en Chartreuse, un endroit bien connu des grenoblois qui trouvent là une ambiance presque montagnarde si facilement accessible. A mon arrivée, la nuit tombait mais le parking était encore bien plein, sans aucun doute les clients du petit restaurant qui jouxte la ferme. Je me suis éloigné de quelques dizaines de mètres, ai traversé le troupeau de vaches et me suis retrouvé seul dans l’obscurité au départ du chemin qui mène vers le sommet.
L’air était doux. Je me suis déshabillé. J’avais pris un petit sac à dos avec une lampe, une gourde et un coupe-vent, j’y ai mis mes vêtements. Et en marche pour le sommet. Une vingtaine de minutes sur un chemin de terre puis de dalles de rochers bien lisses. Là haut, à l’abri d’un petit vent qui soufflait, j’avais le spectacle des lumières de villages alentours, et au loin la lueur de la ville de Grenoble.
Et un sentiment de tranquillité bienvenue après le stress du travail. Au retour, le parking était vide.


At the end of a long working day, I drove up to the Charming Som mountain pasture in Chartreuse, a place well known to the people of Grenoble who find there an almost mountain atmosphere so easily accessible. When I arrived, night was falling but the parking lot was still full, no doubt the customers of the small restaurant next to the farm. I walked a few dozen meters away, crossed the herd of cows and found myself alone in the dark at the start of the path leading to the summit.
The air was sweet. I undressed. I had taken a small backpack with a lamp, a water bottle and a windbreaker and put my clothes in it. And on my way to the top. About twenty minutes on a dirt track and then on a smooth slab of rock. Up there, sheltered from a light wind, I had the spectacle of the lights of the surrounding villages, and in the distance the glow of the city of Grenoble.
And a welcome sense of tranquillity after the stress of work. On the way back, the parking lot was empty.