Tunnels du Bens

Sortie exploration d’un parcours découvert sur internet par Bruno qui devrait suivre le tracé d’une conduite forcée enterrée datant des années 1920, le sentier des tunnels du Bens, nom d’un ruisseau descendant ce versant du massif de Belledonne et qui formait autrefois la frontière entre la Savoie et le Dauphiné. Le parking de départ est au niveau de l’ancienne chartreuse de Saint Hugon fondée au XIIeme siècle, puis abandonnée sous la Révolution et devenue depuis les années 1980 l’institut bouddhiste Karma Ling. Patricia nous accompagne. Le ciel est couvert mais la météo n’annonce de la pluie qu’en fin d’après midi! On prend la piste carrossable qui monte en 2 kilomètres et demi jusqu’au barrage de Saint Bruno. On est vite nus. En vue du barrage, rhabillage sommaire car des ouvriers sont à l’œuvre sur un bâtiment. Demi tour pour trouver à quelques centaines de mètres en aval le départ du chemin. On passe devant une prise d’eau puis le sentier devient étroit et sauvage. Pas de balisage, mais le tracé devrait s’étirer à l’horizontal. Une passerelle en bois vermoulue est la première trace de ce parcours archéologie industrielle. Le cheminement accroché dans la pente est fréquemment coupé par des troncs d’arbres en travers, des glissements de terrain qui ont emporté le chemin, des zones de hautes herbes marécageuses…bref un parcours qui demande de l’attention. La vue quant à elle est limitée aux arbres environnants sans réel points de vue sur la vallée. Les fameux tunnels se résument à deux ouvrages taillés dans le roche d’une dizaine de mètres chacun. Nul besoin de sortir du sac les lampes frontales. On arrive au ruisseau de la Grande Montagne. Côte à côte se trouvent une passerelle métallique en ruine sur laquelle on ne s’aventurera pas et un aménagement hydro-électrique récent, deux époques! De là on rejoint la piste qui descend vers les ruines de Champs Sylvestre. Pour rejoindre Saint Hugon, on prend un petit chemin qui descend au fond d’un vallon encaissé pour passer le torrent puis remonte raide jusqu’à traverser une zone de coupe forestière et d’effondrement qui demande une bonne dose d’énergie à passer. Il ne reste plus qu’à se rhabiller à proximité du centre bouddhiste.


Exploration of a trail discovered on the internet by Bruno which should follow the route of a buried forced pipe dating from the 1920’s, the path of the Bens tunnels, name of a stream running down this side of the Belledonne massif and which used to form the border between Savoie and Dauphiné. The parking lot is at the level of the old Carthusian monastery of Saint Hugon, founded in the 12th century, then abandoned during the Revolution and since the 1980’s the Buddhist institute Karma Ling. Patricia joined us. The sky is covered but the weather forecast announces rain only at the end of the afternoon! We take the track which goes up in 2 and a half kilometers until the dam of Saint Bruno. We are quickly naked. In sight of the dam, summary re-dressing because workmen are at work on a building. Half turn to find in some hundreds of meters downstream the departure of the way. We pass in front of a water intake then the path becomes narrow and wild. No markings, but the path should stretch horizontally. A worm-eaten wooden footbridge is the first trace of this industrial archaeology path. The path, which is hooked into the slope, is frequently cut by tree trunks, landslides that have washed away the path, areas of tall swampy grass… in short, a path that requires attention. The view is limited to the surrounding trees with no real view on the valley. The famous tunnels are two structures carved in the rock of about ten meters each. No need to take out of the bag the headlamps. We arrive at the stream of the Big Mountain. Side by side we find a ruined metallic footbridge on which we will not venture and a recent hydro-electric installation, two eras! From there we join the track that goes down to the ruins of Champs Sylvestre. To join Saint Hugon, we take a small path which goes down to the bottom of a valley to pass the torrent then goes up steeply until crossing a zone of forest cutting and collapse which requires a good dose of energy to pass. All that remains is to get dressed near the Buddhist center.

Champignons

Je ne suis absolument pas connaisseur de champignons. Il m’est déjà arrivé en cours de balade de marcher sur un bolet au grand dam d’un de mes compagnon. Mais mon beau frère, lui, est un grand ramasseur. L’année dernière il m’a emmené, acceptant par là de me dévoiler un de ses endroits préféré, pour ne pas être trop précis je dirai simplement: dans une forêt des contreforts du massif de Belledonne. En mode textile, bien évidemment. Cette année il m’a demandé si je saurais retrouvé le coin, me proposant de m’y rendre tout seul. Pourquoi pas! Enfin seul avec ma compagne. Nous voici donc tous les deux, elle habillée et moi, vite nu, à errer dans ce bois particulièrement pentu à la recherche de ces petits champignons noirs que sont les Trompettes de mort. Il nous a fallu un peu de temps pour trouver les premiers, mais enfin en presque quatre heures de temps nous en avaons ramassé 2 kilos 250. Une belle récolte pour des amateurs!


I am not a mushroom connoisseur at all. It already happened to me during a walk to step on a boletus to the great displeasure of one of my companions. But my brother-in-law is a great collector. Last year he invited me, agreeing to reveal one of his favorite places, not to be too precise I’ll just say: in a forest in the foothills of the Belledonne massif. In textile mode, of course. This year he asked me if I could recognize the place, proposing me to go there alone. Why not! Well, alone with my partner. So we are both, she dressed and I, quickly naked, wandering in this particularly steep wood in search of these small black mushrooms that are the Trumpets of death. It took us some time to find the first ones, but finally in almost four hours we picked up 2 kilos 250. A nice harvest for amateurs!

Reportage radio

« Cet été, le service reportage de franceinfo sillonne les chemins de randonnées partout en France. Tous les jours, les reporters marchent aux côtés des Français pour échanger avec eux sur leur quotidien, leur état d’esprit et ce second été si particulier.  » Chaque semaine une région est mise en avant, mais pour la dernière semaine de la saison, ce sont des randonnées atypiques qui seront diffusées. Dont bien évidemment une randonnue les pieds dans l’eau de l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne qui a été contactée par un des journaliste de la sation. Rendez vous donc le 22 juillet sur le petit parking au bout de la piste du hameau des Gleizolles. Nous sommes sept: Bernard, Francis, Julien, Patrick, Daniel et Frédérique avec leur jeune chienne et moi même. Nous retrouvons là Valentin, le journaliste, revenant d’une semaine de reportages dans le Queyras avant de retourner à Paris. Le parcours prévu est un aller-retour le long du ruisseau de la Courance. Sur le parking même on se déshabille. Valentin nous fait la surprise de nous imiter. Il n’est pas naturiste mais s’immerge dans son reportage. Quelle conscience professionnelle! Le sentier coupe et recoupe le petit cours d’eau se faufilant entre les arbres. De temps à autre on débouche sur une vasque d’eau un peu plus profonde. Baignades appréciées. Tout en avançant, Valentin, tend son micro à tour de rôle aux participants. « Quels sont les sensations?…comment en arrive t’on à?…en cas de rencontres?…comment est on considéré?…etc. » On arrive finalement à l’entrée d’un petit canyon, étroit, encaissé, à l’eau particulièrement bleue. Magnifique. Pour continuer, il faudra escalader les versants rocheux. Ce sera pour l’après midi. En attendant, il est temps de pique niquer. Petit retour en arrière pour trouver l’endroit propice…déjà occupé par deux femmes nues, tout aussi surprises et contentes que nous de cette rencontre fortuite. Valentin ne manque pas de les interviewer également. Durant la pause déjeuner, trois canyonistes en tenues remontent le courant, passant au milieu du groupe. Il fait si bon discuter, se baigner et profiter du soleil que certains choisiront la sieste plutôt que la suite du parcours. Un pas d’escalade facilité par la corde qu’a apporté Bernard permet de suivre encore un peu le cours du ruisseau jusqu’à buter devant une cascade plus élevée que les canyonistes sont en train de grimper. Mais ils sont équipés, eux! Demi tour donc pour récupérer les dormeurs au passage et redescendre jusqu’au parking. Valentin part aussitôt pour attraper un train à Valence. On attend avec impatience son reportage.


« This summer, franceinfo’s reporting service is following the hiking trails all over France. Every day, the reporters walk alongside the French to talk with them about their daily lives, their state of mind and this second summer so special. « Each week a region is highlighted, but for the last week of the season, atypical hikes will be broadcast. One of them will be a hike with feet in the water by the association of the Naked Walkers of the Roanne Valley, which was contacted by one of the journalists of the channel. Let’s meet on July 22 at the small parking lot at the end of the trail in the hamlet of Gleizolles. We are seven: Bernard, Francis, Julien, Patrick, Daniel and Frédérique with their young dog and myself. We meet there Valentin, the journalist, coming back from a week of reports in the Queyras before returning to Paris. The planned route is a round trip along the Courance stream. On the parking lot we undress. Valentin makes us the surprise to imitate us. He is not a naturist but immerses himself in his report. What a professional conscience! The path cuts and intersects the small stream threading between the trees. From time to time one emerges on a basin of water a little deeper. Bathing is appreciated. While advancing, Valentin, holds out his microphone to the participants in turn. « What are the sensations?…how do we get there?…in case of encounters?…how are we considered?…etc. » We finally arrive at the entrance of a small canyon, narrow, steep, with particularly blue water. Beautiful. To continue, it will be necessary to climb the rocky slopes. This will be for the afternoon. In the meantime, it’s time for a picnic. We go back to find the right place…already occupied by two naked women, as surprised and happy as we are about this chance meeting. Valentin does not fail to interview them too. During the lunch break, three canyonists in their clothes go upstream, passing in the middle of the group. It is so nice to talk, to swim and to enjoy the sun that some will choose the nap rather than the continuation of the trail. A climbing step facilitated by the rope Bernard brought allows us to follow the course of the stream a little bit more until we come to a higher waterfall that the canyonists are climbing. But they are equipped! So we go back picking up the sleepers and going down to the parking. Valentin leaves at once to catch a train at Valence. We wait impatiently for his report.

Reportage BFM Dici

Randonnue médiatique avec deux journalistes de la chaîne de télévision locale des Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence: BFM DICI. Cette rando est organisée à la demande de la chaîne de TV. C’est pour nous l’occasion de présenter notre activité et notre art de vivre, de montrer que nous sommes nous aussi des randonneurs avertis, tout en témoignant en même temps du bonheur d’être nu dans la nature.

Nous nous retrouvons à La Cluse, un coin choisi par Franck, grand connaisseur des lieux. Nous sommes sept naturistes, un regroupement entre des adhérents de l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne de la Drôme, Bernard et Christian, et des membres du groupe Dauphiné Savoie, Bruno, Jac et Patrice dont c’est la première sortie en groupe. Franck et moi même faisons le lien, habitués à randonner avec les deux groupes. La femme de Jac nous accompagne en mode textile. Le journaliste et son stagiaire complètent la troupe. En attendant que tout le monde soit là, on voit déjà partir plusieurs groupes de randonneurs. Il y a du monde dans le coin. Mais en fait nous ne verrons personne, ayant choisi un itinéraire moins couru.

Le parcours sur une large piste suit le fond du vallon du ruisseau de l’Abéoux, presque à plat. Les journalistes filment notre avancée. Le panorama du cirque des sommets de la crête des Aiguilles à la Tête de Garnesier et la Tête des Ormans se dévoile au fil du chemin, créant un décor parfait pour leurs interviews. Mais problème, pas de réseau pour envoyer des images. Ils nous quittent donc pour redescendre rapidement et trouver un endroit plus civilisé et transmettre une première séquence d’une minute pour le journal de midi. Un sujet un peu plus développé sera diffusé le soir.

Quant à nous, nous continuons. Le chemin se met à grimper jusqu’aux chalets de Chazal. Les troupeaux ne sont pas encore là, l’herbe est haute. Nous pique-niquons au bord du ruisseau, avec baignade dans un trou d’eau pour certains. Puis c’est le retour par le même chemin. Nous avons profité d’un temps exceptionnel avec une clarté mettant en valeur ces montagnes du Devoluy.


Media walk with two journalists from the local TV channel of the Hautes Alpes and Alpes de Haute Provence: BFM DICI. This hike is organized at the request of the TV channel. It is for us the opportunity to present our activity and our art of living, to show that we are also informed hikers, while testifying at the same time of the happiness to be naked in the nature.

We meet in La Cluse, a place chosen by Franck, great connoisseur of the area. We are seven naturists, a gathering between members of the association of the Naked Walkers of the Valley of Roanne of the Drôme, Bernard and Christian, and members of the group Dauphiné Savoie, Bruno, Jac and Patrice whose it is the first outing in group. Franck and myself are the link, used to hike with both groups. Jac’s wife accompanies us in textile mode. The journalist and his trainee complete the group. While waiting that everyone is there, we see already leaving several groups of hikers. There are people in the place. But in fact we shall see nobody, having chosen a less run route.

The route on a wide track follows the bottom of the valley of the brook of Abéoux, almost flat. The journalists film our progress. The panorama of the cirque of summits from the Aiguilles ridge to the Tête de Garnesier and the Tête des Ormans is revealed along the way, creating a perfect setting for their interviews. But problem, no network to send pictures. So they leave us to go back down quickly and find a more civilized place to transmit a first one-minute sequence for the noon news. A more developed subject will be broadcast in the evening.

As for us, we continue. The path starts to climb up to the chalets of Chazal. The herds are not there yet, the grass is high. We have a picnic by the stream, with a dip in a water hole for some. Then it is the return by the same way. We enjoyed an exceptional weather with a clarity highlighting these mountains of Devoluy.



Pic de Luc

Ce qui ne devait être qu’une petite balade (500 m de dénivelé seulement) s’est mué en une exploration archéologique! Petite balade de l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne au départ du village de Luc en Diois avec comme objectif le Pic de Luc qui domine la ville. Aujourd’hui nous sommes six. Passé la voie ferrée, on se retrouve tout de suite dans la nature. Encore quelques centaines de mètres habillés, le temps de croiser un paysan sur son tracteur et les enfants de la maternelle qui reviennent de promenade avec leurs accompagnants, et l’on quitte les vêtements. On ne les remettra qu’à la vue des premières maison au retour. Le chemin monte en zigzag dans le ravin de la Rochette avec un premier coup d’œil vu de haut sur Luc, il rejoint une piste forestière qui s’étire à flanc de colline sur trois kilomètres et demi. On fait de la distance, certes sur un terrain facile, mais on ne monte guère. Enfin on quitte la piste pour un petit sentier qui serpente encore dans la forêt avant de se décider à grimper quand même. Passage en balcon au dessus des pentes ravinées abruptes. Nouvelle vue panoramique sur le village et ses environs. Encore un petit effort et l’on débouche au sommet. Vue, un peu brumeuse dans les lointains, à 360° sur la vallée de la Drôme en amont et en aval, sur le Glandasse à l’extrémité du Vercors, sur la montagne d’Aucelon et la Servelle de Bret. Juste en dessous de nous le site du Claps et son éboulement historique de 1442 dont les traces sont encore si visibles. Le lac formé à l’époque est maintenant une plaine agricole. Le bloc rocheux sur lequel on s’appuie pour regarder le paysage n’est en fait pas une pierre, mais le reste d’un mur de l’époque romaine. Il y avait là, sur ce sommet, un poste de garde qui surveillait les environs. Ne restent plus que quelques morceaux de murs éparpillés sur la crête. Après le casse croûte, on partira à la recherche d’autres vestiges, dont celui de cette petite arche qui faisait communiquer les bassins d’un réservoir d’eaux pluviales. Quelle sensation de se retrouver ainsi, nus, à explorer les traces de cette histoire aussi ancienne.


What was supposed to be a short walk (only 500 m difference in altitude) turned into an archaeological exploration! Small walk of the association of the Naked Walkers of the Valley of Roanne at the beginning of the village of Luc en Diois with as objective the Peak of Luc which dominates the city. Today we are six. Passed the railroad, we find ourselves immediately in the nature. Still a few hundred meters dressed, the time to cross a farmer on his tractor and the children of the nursery school which return from walk with their accompanying persons, and we leave the clothes. We shall put them back only at the sight of the first houses in the return. The way goes up in zigzag in the ravine of the Rochette with a first glance seen of top on Luc, it joins a forest track which stretches in side of hill on three and a half kilometers. One makes distance, certainly on an easy ground, but one hardly goes up. Finally we leave the track for a small path which still winds in the forest before deciding to climb anyway. Passage in balcony above the steep gullied slopes. New panoramic view on the village and its surroundings. Still a small effort and we reach the top. View, a little foggy in the distance, 360° on the valley of the Drôme upstream and downstream, on the Glandasse at the end of the Vercors, on the mountain of Aucelon and the Servelle de Bret. Just below us the site of Claps and its historical landslide of 1442 whose traces are still so visible. The lake formed at that time is now an agricultural plain. The boulder on which we lean to look at the landscape is not in fact a stone, but the remainder of a wall from the Roman period. There was there, on this summit, a guard post which supervised the surroundings. Only remain some pieces of walls scattered on the crest. After the snack, we will go in search of other vestiges, of which that of this small arch which made communicate the basins of a rainwater tank. What a sensation to find ourselves naked, exploring the traces of this ancient history.


Pluie à Rochefourchat

Pour cette sortie des Marcheurs Nus du Val de Roanne, on a rendez vous à Rochefourchat, une des plus petite commune de France avec, au dernier recensement, UN habitant. C’est vrai que le village est tout petit: une église, un cimetière, une maison (l’ancienne mairie?) transformée en gîte, deux autres maisons à proximité…et une cabine téléphonique désaffectée. Autour, les champs et la montagne. Sur la route, en arrivant, quelques gouttes de pluie commencent à tomber. On est six, Christian, Patrick, Alex, un nouveau, Pascal, Bernard et moi. Le temps de démarrer, la pluie s’est installée…et cela semble parti pour durer toute la journée. Tant pis, on y va! Entre parapluies et parkas avec capuchons, on va se protéger. Le chemin grimpe tout de suite, très humide par moments. On s’élève au dessus du village. Le sentier est très étroit , on est en file indienne, sans vraiment possibilité d’être côte à côte pour discuter. On passe devant une grande bergerie à proximité de ruines de maisons. Puis on continue à monter. On sort de la forêt sur cette crête de Serre Delegue, sur la montagne de Couspeau. Là un vent froid nous cueille. On est aussi plus ou moins dans la brume qui nous cache le paysage. Il n’y a rien à voir. Demi tour pour retrouver la bergerie et se mettre au sec pour le casse-croûte. Une fois rassasiés, on retrouve la pluie pour la descente jusqu’au village. Cela a été une randonnue particulièrement humide, mais la découverte d’un coin qui nous incitera à revenir sous de meilleurs auspices.


For this outing of the Naked Walkers of the Roanne Valley, we have an appointment in Rochefourchat, one of the smallest municipalities in France with, at the last census, ONE inhabitant. It’s true that the village is very small: a church, a cemetery, a house (the old town hall?) transformed into a gîte, two other houses nearby and a disused telephone booth Around, the fields and the mountain. On the road, as we arrive, a few drops of rain start to fall. We are six, Christian, Patrick, Alex, a new one, Pascal, Bernard and me. The time to start, the rain settled…and that seems to last all day. Too bad, we go! Between umbrellas and parkas with hoods, we will protect ourselves. The way climbs right away, very wet by moments. We rise above the village. The path is very narrow, we are in single file, without really possibility to be side by side to discuss. We pass in front of a big sheepfold near ruins of houses. Then we continue to go up. We emerge from the forest on this crest of Serre Delegue, on the mountain of Couspeau. There a cold wind picks us up. We are also more or less in the mist which hides us the landscape. There is nothing to see. Half turn to find the sheepfold and to put ourselves in the dry for the snack. Once satisfied, we return to the rain for the descent to the village. It was a particularly wet hike, but the discovery of a place which will incite us to return under better auspices.

Grand Delmas

On n’est que deux finalement pour cette randonnue sur la montagne de Couspeau dans la Drôme. Il est vrai que le temps est couvert. Le rendez vous est à proximité du col de la Chaudière. Quelques centaines de mètres sur la route puis un chemin s’engage dans la forêt. La montée est parfois bien raide et l’on est vite réchauffé. Les vêtements tombent. Le parcours alterne replats et raidillons jusqu’à la sortie sur l’alpage. Là, un vent froid nous cueille sur la crête. Au loin, on aperçoit un animal qui se découpe sur le ciel. On continue de monter. Au détour du chemin, on tombe sur trois chèvres qui s’éloignent tranquillement dans la pente au dessus des barrières rocheuses. On arrive au sommet du Grand Delmas, le point culminant de cette montagne de Couspeau. Le panorama à 360° est masqué par les nuages. dommage! Je sais qu’une geocache attend depuis plus d’un an et demi. Elle est vite trouvée, mais l’ouverture et la fermeture de cette boite métallique sont difficiles. J’en ai les mains gelées. Alain, lui, s’est rhabillé. Demi tour pour trouver un coin à l’abri du vent pour le casse croûte. On mange avec le massif des Trois Becs juste en face de nous. Les chèvres, curieuses, viennent nous observer. Parfois un rayon de soleil illumine tout de même le paysage et nous offre un semblant de chaleur. A mi pente dans la descente, on décide d’aller explorer quelques chemins. D’abord une vieille piste qui nous mène à une large route forestière. Plutôt que de suivre celle ci, on pique dans les bois pour rejoindre en contrebas un chemin presque abandonné, mais pas tout à fait puisqu’un affût de chasseur y est installé. Arrivé sous le col de la Chaudière, il nous faut remonter par un sentier humide jusqu’à déboucher à notre point de départ.


We are only two finally for this naked hike on the mountain of Couspeau in the Drôme. It is true that the weather is covered with clouds. The appointment is near the pass of Chaudière. A few hundred meters on the road then a path goes into the forest. The ascent is sometimes quite steep and we are quickly warmed up. The clothes fall off. The route alternates between flats and steep slopes until the exit to the mountain pasture. There, a cold wind picks us up on the crest. In the distance, we see an animal which is cut out on the sky. We continue to go up. In the bend of the way, we fall on three goats which go away quietly in the slope above the rocky barriers. We arrive at the top of the Grand Delmas, the culminating point of this mountain of Couspeau. The panorama in 360° is masked by clouds. pity! I know that a geocache waits for more than one year and half. It is quickly found, but the opening and closing of this metal box is difficult. My hands are freezing. Alain, on the other hand, got dressed. Half turn to find a corner sheltered from the wind for the snack. One eats with the massif of Three Becs right in front of us. The goats, curious, come to observe us. Sometimes a ray of sun illuminates all the same the landscape and offers us a semblance of heat. In half slope in the descent, we decide to go to explore some paths. First an old track which leads us to a wide forest road. Rather than to follow this one, we plunge in the woods to join below a way almost abandoned, but not quite because a hunter’s post is installed there. Arrived under the pass of Chaudière, we have to go up by a wet path until we reach our starting point.

Pennes le Sec

Trois jours après mon retour de la semaine de randonnue dans les Alpes de Haute Provence, je repars pour une sortie proposée par Bernard avec les Marcheurs Nus du Val de Roanne. C’est un parcours qu’il a découvert par une vidéo sur Internet, alors autant le tester, mais en sens inverse.

On se retrouve à quatre, Bernard, Christian, Patrick et moi, sur la place de la mairie du petit village de Pennes le Sec, au dessus de la vallée de la Roanne. On descend par une large chemin qui se transforme en piste forestière s’étirant plus ou moins à l’horizontal le long de vallons creusés par des torrents à secs. Puis il faut remonter jusqu’au niveau du village par un petit sentier qui grimpe dans la forêt de pins. Arrêt casse croûte à l’ombre avant d’attaquer la seconde partie du parcours, au dessus du village cette fois. On traverse la route départementale sans même se couvrir tant la circulation y est rare. On monte dans la pente couverte d’une végétation basse et de quelques pins jusqu’à atteindre le Pas des Blaches, un passage entre deux murs de pierre aiguisés. Là, une rencontre avec un père et son fils se passe sans problème. Discussions sur les chemins des alentours. On bascule de l’autre côté de l’arrête de roches dans une forêt de feuillus. Le contraste entre les deux versants est saisissant. L’étroit sentier couvert de feuilles mortes tire dans une direction puis dans l’autre jusqu’à un nouveau passage dans la roche, une sorte de porte creusée dans le rocher. Il ne nous reste plus ensuite qu’à rejoindre la route, en se rhabillant juste avant malheureusement, et le village tout proche. Une balade de cinq heures et treize kilomètres…qui sera la dernière avant le reconfinement!


Three days after my return from the week of hiking in the Alpes de Haute Provence, I’m back for an outing proposed by Bernard with the Val de Roanne Naked Walkers. It’s a route he discovered through a video on the Internet, so I had better test it, but in reverse.
We are four, Bernard, Christian, Patrick and me, on the place of the town hall of the small village of Pennes le Sec, above the valley of Roanne. We go down by a wide trail which becomes a forest track stretching more or less horizontally along valleys dug by dry torrents. Then it is necessary to go up until the level of the village by a small path which climbs in the forest of pines. Stop for a snack in the shade before attacking the second part of the route, above the village this time. We cross the departmental road without even covering ourselves so much the traffic is rare there. One goes up in the slope covered with a low vegetation and some pines until reaching the Pas des Blaches, a passage between two sharpened stone walls. There, a meeting with a father and his son takes place without problem. Discussions on the surroundings paths. We switch to the other side of the ridge of rocks in a forest of leafy trees. The contrast between the two sides is seizing. The narrow path covered with dead leaves pulls in a direction then in the other until a new passage in the rock, a kind of door dug in the rock. Then we just have to get back to the road, unfortunately, by getting dressed just before, and to the nearby village. A five hours and thirteen kilometers walk…which will be the last one before the reconfinement!


Séjour à Auzet

Une semaine de raquettes nu avait été programmée par Bruno en mars 2020 à Auzet dans les Alpes de Haute Provence. Évidemment annulée pour cause d’épidémie de covid. Elle a eu lieu lieu cette année 2021, juste avant le reconfinement. Ouf!

C’est la première rencontre organisée sous l’égide de la toute nouvelle association RSVNat (Rencontres, Séjours, Voyages Naturistes) crée elle aussi à l’initiative de Bruno et destinée à sécuriser au niveau juridique les organisateurs de séjours, notamment au niveau de la conformité avec l’immatriculation tourisme normalement obligatoire ou les assurances des organisateurs.

Auzet est un petit village situé entre Digne et Seyne les Alpes au pied du massif de la Blanche. Le lieu du séjour est un gîte rural – et rustique – prévu pour quinze personnes…mais à 8 ou 9 il nous parait déjà bien remplis!

Arrivés et installations le samedi. Le groupe est composé de: Bruno et Bruno (pour trois jours), Pierre et Pierre (à partir deu mardi soir), Dominique, Guillaume, Franck, Delphine et Jacques Marie.

Première rando le dimanche. Objectif le sommet du Clot de Bouc que l’on aperçoit pratiquement depuis les fenêtres du gîte. Au dernier hameau, un chien nous suit. Il restera toute la balade à gambader autour de nous. Première partie par un sentier en forêt avec les raquettes sur le dos jusqu’à rejoindre une piste forestière. Au bout un véhicule garé à la limite de la neige et des traces de ski. Il y a donc du monde devant nous. On chausse les raquettes pour attaquer la pente. La neige, très agréable, dure en dessous recouverte d’une fine couche de poudreuse, porte bien. Quel bonheur d’être là, nu, à faire sa trace sur cette étendue vierge! Au sommet, un couple de skieurs se repose. « La nature est à tout le monde. Profitez en! » Ils redescendent avant nous et sûrement plus vite. Nous, on profite du paysage et du soleil. Retour sur la piste et le sentier après un arrêt sieste sous le couvert des pins.

Lundi. On rejoint en voiture un parking au dessus du village de Barles. Objectif: la Cloche de Barles qui depuis le sommet d’hier nous paraissait bien enneigé. Raquettes sur le sac donc. Un long cheminement sur un chemin rocailleux, au pied de la Montagne de Chine, nous amène juste en face du col des Cloches et des deux sommets de la Petite et Grande Cloche (ou de Barles). Une partie du groupe s’arrête là. Nous continuons à quatre. Il y a de la neige mais ça peut très bien passer sans raquettes. Le col qui de loin pouvait paraître effrayant se rejoint sans difficulté. Reste le sommet de la Cloche. La pente est raide, le sol pierreux recouvert d’une fine couche de neige, mais pas question de rester en bas. Nous laissons les sacs au col et entreprenons la grimpette. Il faut faire attention, certes, mais l’ascension est finalement assez rapide. Au sommet un panorama à 360°. La descente nécessite quelques précautions pour ne pas glisser dans la pente. Retour par le même chemin. L’autre équipe est déjà rentrée au gîte.

Mardi. On part à pied en suivant la route sur un bon kilomètre avant de s’engager sur un petit sentier qui grimpe raide dans la forêt. Hors de vue de la route on est vite nus. On rejoint une piste forestière. Il y a ceux qui préfèrent les sentiers raccourcis et ceux qui privilégient les méandres de la piste pour tous se retrouver au col de la Pinée et continuer ensemble jusqu’au sommet du Marzenc, bosse arrondie et herbeuse mais qui permet une belle vue des alentours.

Mercredi. On rejoint en voiture le col du Fanget, petite station de ski de fond déneigée et désertée. Cette rando devait être la moins importante au niveau dénivelé, elle s’avérera être par contre la plus longue au niveau distance. Par une large piste boueuse on rejoint le pied d’un massif de roches noires. On n’a pas pris les raquettes cette fois. Certains versants sont encore enneigés mais peu profondemment. L’objectif est le col des Tomples que l’on imagine tout près. Mais non, derrière une crête il y en a une autre puis encore une et chaque fois il nous faut descendre en fond de vallons avant de remonter, parfois droit dans la pente herbue. Le rythme de l’avancée ralentit. Enfin, un dernier raidillon de neige et le col est atteint. On laisse les sacs au col pour rejoindre le sommet des Tomples en une dizaine de minutes. Retour sous le col pour le pique nique. Un groupe décide de couper droit dans une pente de neige pou éviter un détour par le chemin. Grandes enjambées dans la neige plus profonde sur ce versant. C’est réjouissant! Avant de retrouver la piste qui ramène au Fanget, je décide avec Pierre de rejoindre l’itinéraire de dimanche et de revenir jusqu’à Auzet. Le retour par la forêt est agréable après la cure de soleil de la journée.

Jeudi. On retrouve le parking au dessus de Barles, mais on part dans l’autre direction. La piste s’étire au pied de la falaise de la Montagne de Chine. Pas d’ombre. Une végétation de maquis qui ne donne pas envie de couper par des raccourcis. Puis changement de versant et la neige. Une neige dure à l’ombre qui disparaît pratiquement lorsque le paysage s’ouvre. On rejoint la bergerie de Chine, où une partie du groupe décide de rester. A cinq, on continue en direction du sommet de la Montagne de Chine juste en face du massif des Monges. Petit sommet arrondi mais protégé par quelques plaques de glace qui obligent Guillaume à faire demi tour. Au sommet le vent ne nous permet guère de nous éterniser. Retour à la bergerie où ceux qui sont restés immobiles sont chaudement habillés.

Vendredi. Changement de vallée et de décor. Nous partons du bout de la route dans la direction du col de Mariaud, au dessus du village du Vernet. La piste du col serpente sur quelques kilomètres. Dans la fraicheurs du matin, certains sont nus, d’autres vêtus comme en hiver. Nous ne sommes pas égaux vis à vis des températures! Du col de Mariaud, un sentier grimpe en direction d’un plateau. Il longe des pentes ravinées et noires que l’on va suivre par le haut. A un moment, un éclat attire l’attention. Une boule dorée posée en contrebas dans la pente au fond des éboulis. C’est le monument commémoratif sur le lieu exacte du crash en 2015 d’un avion de ligne jeté contre ces falaises par un copilote suicidaire entraînant la mort de 149 personnes. Moment d’émotion! On rejoint ensuite une prairie couverte de plaques de neige. On est au pied au pied de la Tête de l’Estrop qui culmine à 2961 m. Ambiance de haute montagne. Nous, on se contente d’une grosse butte, le Pinet. Avec Franck on improvise une séance photo « publicitaire » avec le livre que Bruno Saurez (encore un autre Bruno) vient d’écrire sur l’histoire du naturisme à Marseille et dans les calanques. Puis retour par le même chemin. Le ciel commence à se charger de nuages. On a bien profiter d’une semaine de beau temps et d’air pur.

Bilan du séjour: quelques 80 km de randonnée pour environ 4230 m de dénivelé.


A week of naked snowshoeing had been planned by Bruno in March 2020 in Auzet in the Alpes de Haute Provence. Obviously cancelled because of the covid epidemic. It took place this year 2021, just before the reconfinement. Phew!
It is the first meeting organized under the aegis of the brand new association RSVNat (Rencontres, Séjours, Voyages Naturistes) also created on Bruno’s initiative and intended to secure the legal status of the organizers of stays, especially in terms of compliance with the tourism registration normally required or the insurance of the organizers.
Auzet is a small village located between Digne and Seyne les Alpes at the foot of the Blanche massif. The place of the stay is a rural – and rustic – lodging planned for fifteen people…but with 8 or 9 it seems to us already well filled!
Arrivals and installations on Saturday. The group is composed of: Bruno and Bruno (for three days), Pierre and Pierre (from Tuesday evening), Dominique, Guillaume, Franck, Delphine and Jacques Marie.
First hike on Sunday. Objective the summit of the Clot de Bouc that we can see practically from the windows of the gite. At the last hamlet, a dog follows us. He will stay all the walk to gambol around us. First part by a path in forest with the snowshoes on the back until joining a forest track. At the end a vehicle parked at the limit of the snow and ski tracks. There are thus people in front of us. We put on the snowshoes to attack the slope. The snow, very pleasant, hard below covered with a fine layer of powder, carries well. What happiness to be there, naked, to make its trace on this virgin surface! At the top, a couple of skiers are resting. « Nature is for everyone. Enjoy it! » They come back down before us and surely faster. We enjoy the scenery and the sun. Back on the track and the trail after a nap stop under the cover of the pines.
Monday. We join by car a parking lot above the village of Barles. Objective: the Cloche de Barles which since the summit of yesterday seemed to us well snowed. Snowshoes on the bag thus. A long walk on a rocky path, at the foot of the Montagne de Chine, brings us just in front of the Col des Cloches and the two summits of the Petite and Grande Cloche (or de Barles). Part of the group stops here. Four of us continue. There is snow but it can be done without snowshoes. The pass which from afar could seem frightening is reached without difficulty. The summit of the Cloche remains. The slope is steep, the stony ground covered with a thin layer of snow, but there is no question of staying at the bottom. We leave the bags at the pass and start climbing. We have to be careful, but the ascent is finally quite fast. At the top a 360° panorama. The descent requires some precautions not to slip in the slope. Return by the same way. The other team has already returned to the lodge.
Tuesday. We leave on foot by following the road on a good kilometer before engaging on a small path which climbs steeply in the forest. Out of sight of the road we are quickly naked. We join a forest track. There are those who prefer the shortened paths and those who prefer the meanders of the track to all meet at the pass of the Pinée and continue together until the top of Marzenc, rounded and grassy bump but which allows a beautiful sight of the surroundings.
Wednesday. We join by car the pass of Fanget, small resort of cross-country skiing de-snowed and deserted. This hike was to be the least important at the level of difference in altitude, it will prove to be on the other hand the longest at the level of distance. By a wide muddy track we join the foot of a massif of black rocks. We did not take the snowshoes this time. Some slopes are still snowed but not very deep. The objective is the pass of Tomples that we imagine very close. But no, behind a ridge there is another one then another one and each time we have to go down in the bottom of valleys before going up, sometimes straight in the grassy slope. The pace of the advance slows down. Finally, a last steep snow and the pass is reached. We leave the bags at the pass to join the summit of Tomples in about ten minutes. Return under the pass for the picnic. A group decides to cut right in a slope of snow to avoid a detour by the path. Big steps in the deeper snow on this slope. It’s great! Before finding the track that leads back to Fanget, I decide with Pierre to join the Sunday’s itinerary and to come back to Auzet. The return through the forest is pleasant after the sunny day.
Thursday. We return to the parking above Barles, but we leave in the other direction. The track stretches at feet of the cliff of the Mountain of China. No shade. A vegetation of scrubland which does not give desire to cut by short cuts. Then change of hillside and the snow. A hard snow in the shade which disappears practically when the landscape opens. We join the sheepfold of China, where a part of the group decides to remain. To five, we continue in direction of the summit of the Mountain of China just in front of the massif of Monges. Small rounded summit but protected by some plates of ice which oblige Guillaume to return. At the top the wind does not allow us to stay long. Back to the sheepfold where those who stayed still are warmly dressed.
Friday. Change of valley and scenery. We leave from the end of the road in the direction of the col de Mariaud, above the village of Le Vernet. The track to the pass winds for a few kilometers. In the cool of the morning, some are naked, others dressed as in winter. We are not equal with regard to the temperatures! From the pass of Mariaud, a path climbs towards a plateau. It goes along gullied and black slopes that we will follow by the top. At a moment, a glitter attracts the attention. A golden ball placed below in the slope at the bottom of the scree. It is the memorial on the exact site of the crash in 2015 of a passenger plane thrown against these cliffs by a suicidal co-pilot, resulting in the death of 149 people. Moment of emotion! One joins then a meadow covered with snow plates. We are at the foot of the Tête de l’Estrop which culminates at 2961 m. Ambiance of high mountain. We, we are satisfied with a big hillock, the Pinet. With Franck we improvise a « publicity » photo session with the book that Bruno Saurez (still another Bruno) has just written on the history of naturism in Marseille and in the Calanques. Then return by the same way. The sky begins to be loaded with clouds. We took advantage of a week of good weather and pure air.
Balance of the stay: some 80 km of hike for approximately 4230 m of difference in height.


Le passage des Autrichiens

A l’invitation de Bruno, on se retrouve à Saint Christophe la Grotte où on laisse une voiture. Ce sera notre point d’arrivée. On rejoint les Échelles pour le départ de la balade. Je ne connais guère ce coin de Chartreuse, ce versant de basses montagnes au dessus de plaines, à la limite des départements de l’Isère et de la Savoie, autrefois à la limite de la France et du duché de Savoie. C’est que la balade que l’on va faire va se dérouler sur des lieux chargés d’histoire. L’itinéraire que l’on va suivre a été emprunté par l’armée autrichienne pour contourner la défense des armées napoléoniennes en 1813. La seule voie empruntable à l’époque était la voie Sarde qui traversait le massif par un étroit canyon facilement défendable. Mais guidé par un autochtone savoyard, les autrichiens sont passés par ce chemin dans la montagne. Chemin finalement bien accessible à pied actuellement, mais qui devait être plus sauvage à l’époque. Donc pour nous, départ depuis la salle des fêtes du bourg des Échelles. On monte tout de suite pour rentrer dans la forêt. Une forêt bien moussue et verte. La fraîcheur du matin est vite dissipée et les vêtements tombent. On passe à la chapelle de la Madeleine. On grimpe toujours dans les bois jusqu’à déboucher sur une route. Là, il faut remettre un short. Ainsi habillé, on traverse quelques hameaux jusqu’à quitter la route pour un chemin juste en face d’un gîte merveilleusement situé en face d’un panorama à 180°. Et on retrouve la forêt et notre tenue. Le chemin tire plus ou moins à l’horizontale. Les arbres alentours sont impressionnants de hauteurs, sapins et fayard mêlés. Des voix. On remet les shorts pour croiser deux jeunes femmes les yeux rivés sur leurs téléphones…ou leurs gps? Arrêt pique nique un peu plus loin. Puis c’est une longue descente. On croise de nombreuses pistes, mais un balisage et des panneaux indicateurs récents ne permettent guère de se perdre. Un bruit de moteurs. On remet les shorts pour croiser deux trialistes en motos qui galèrent pour remonter après s’être perdus. Ils transpirent sous leurs combinaisons de cuir et leurs casques. « On aimeraient bien être comme vous… ». Une partie plus raide. Des câbles tout neufs assurent un passage sans réelle difficulté. On arrive maintenant au dessus de la Voie Sarde, aménagée au XVIIeme siècle par le duc Emmanuel II de Savoie. Site de haute fréquentation touristique…hors période covid, car aujourd’hui il n’y a que deux personnes en dehors de nous. C’est la fin de la balade.


At Bruno’s invitation, we meet at Saint Christophe la Grotte where we leave a car. It will be our arrival point. We join the village of Les Echelles for the departure of the walk. I hardly know this part of Chartreuse, this hillside of low mountains above the plains, on the border of the departments of Isère and Savoie, formerly on the border of France and the Duchy of Savoie. The walk we are going to make will take place on historical sites. The route we will follow was taken by the Austrian army to bypass the defense of Napoleon’s armies in 1813. The only road that could be used at that time was the Sardinian Way, which crossed the massif through a narrow canyon that was easily defensible. But guided by a native Savoyard, the Austrians went through this path in the mountains. Path finally well accessible on foot nowadays, but which must have been wilder at the time. So for us, departure from the village hall of Les Échelles. We go up at once to enter the forest. A well mossy and green forest. The freshness of the morning is quickly dissipated and the clothes fall. One passes to the chapel of the Madeleine. One always climbs in the woods until leading to a road. There, it is necessary to put on shorts. Thus dressed, one crosses some hamlets until leaving the road for a path just in front of a lodging wonderfully located in front of a 180° panorama. And we find the forest and our tenue. The path pulls more or less horizontally. The surrounding trees are impressive of heights, firs and beech mixed. Voices. We put the shorts back on to meet two young women with their eyes riveted on their phones…or their GPS? Stop for a picnic a little further on. Then it’s a long descent. We cross many tracks, but recent markings and road signs make it difficult to get lost. A noise of engines. We put the shorts back on to meet two trial riders on motorcycles who are struggling to get back up after getting lost. They sweat under their leather suits and helmets. « We would like to be like you… ». A steeper part. Brand-new cables ensure a passage without any real difficulty. We now arrive above the Sardinian Way, built in the 17th century by Duke Emmanuel II of Savoy. Site of high tourist frequentation…outside the covid period, because today there are only two people outside us. This is the end of the walk.