Trelod

Jac en bon connaisseur des Bauges a proposé sur la liste de diffusion des randonneurs naturistes Dauphiné Savoie une rando au Trelod. L’annonce d’un dénivelé de 1300 m a sûrement découragé certains…nous ne sommes que trois à nous retrouver au village de La Compôte: Jac, Paul et moi même…les meilleurs sans doute! On part d’abord poser une voiture au parking d’arrivée, histoire, à la fin de la balade, de ne pas terminer par trois kilomètres de goudron. Le chemin démarre d’un hameau de Doucy des Magnoux. On passe un tracteur, quelques vaches dans les champs et on entre dans la forêt. Ça monte droit dans le pentu et on a vite envie de poser les vêtements. On commence à se déshabiller et une randonneuse apparaît. On lui explique qu’on veut randonner nus. « Faites comme vous voulez » et elle nous passe et s’éloigne. On la retrouve un peu plus haut hésitant entre deux chemins. Nos GPS sont appréciés car sur cet itinéraire pas de balisage. Elle nous suit un moment puis on la laisse passer devant et prendre de l’avance. Au sortir de la forêt, le chemin devient plus aérien le long d’une barre rocheuse et d’une petite cascade puis grimpe dans la prairie alpine recouverte de fleurs en direction du col de Pleuven, laissant sur la droite la Dent de Pleuven. Au col on retrouve notre randonneuse, Claudette, puisque Paul s’est présenté. Elle est venu observer les chamois qui se cachent pour l’instant dans les éboulis rocheux. On discute un moment puis on repart en suivant les crêtes un peu raides qui montent à l’assaut de la barrière de rochers du sommet du Trelod. La vue est panoramique et lumineuse sur une grande partie des Bauges. Un randonneur, prévenu de notre présence par Claudette nous rejoint. Bon connaisseur du coin, il échange avec plaisir avec Jac. Il repart, bien plus rapide que nous. On le retrouvera au sommet. La prairie laisse place au rocher. Il faut parfois mettre les mains, se contorsionner quelque peu pour passer dans une étroiture, se faufiler entre les blocs. En vue du sommet qui semble bien fréquenté, on se pose pour casse croûter. Ceux qui attaquent la descente passent tout près en saluant. Après le repas on monte tout de même au sommet. Il ne reste plus que le randonneur vu en montant, deux jeunes femmes et un jeune homme. Jac et moi avons enfilé un short, Paul reste nu. Les deux femmes s’éloignent finalement. Le jeune homme nous tourne le dos. Jac et le randonneur reprennent leur conversation sur les itinéraires de randos.. Vite quitter le short et retrouver la nudité. La descente, par l’itinéraire classique contourne le Trelod par une série de lacets dans la pente herbeuse, traverse le haut d’un alpage. De ce côté ci, la vue s’étend jusqu’au Mont Blanc en arrière plan. Au pied de la dernière petite montée, on rejoint une femme qui marchait devant nous. « J’espère qu’on ne vous gêne pas! – Oh non, pourquoi! » Devant la Dent des Portes, le chemin bascule vers la vallée et entre dans une forêt de hêtres. Que c’est bon aussi un peu d’ombre!


Jac, a good connoisseur of the Bauges region, proposed on the mailing list of the naturist hikers Dauphiné Savoie a hike to the Trelod. The announcement of a difference in altitude of 1300 m surely discouraged some…there are only three of us to find ourselves in the village of La Compôte: Jac, Paul and myself…the best without doubt! We leave first to put a car at the parking lot of arrival, history, at the end of the stroll, not to finish by three kilometers of tar. The path starts from a hamlet of Doucy of Magnoux. We pass a tractor, some cows in the fields and we enter the forest. That goes up straight in the slope and one quickly wants to put down the clothes. One starts to undress and a woman hiker appears. We explain to her that we want to hike naked. « Do as you want » and she passes us and moves away. We find her a little higher hesitating between two paths. Our GPS are appreciated because on this itinerary no beaconing. She follows us a moment then we let her pass in front of us and take advance. At the exit of the forest, the path becomes more aerial along a rocky bar and a small waterfall then climbs in the alpine meadow covered with flowers towards the Pleuven pass, leaving on the right the Dent de Pleuven. At the pass we find our hiker, Claudette, since Paul introduced himself. She came to observe the chamois that are hiding for the moment in the rocky scree. We discuss a moment then we leave while following the slightly steep crests which go up to the attack of the barrier of rocks of the top of Trelod. The view is panoramic and luminous on a large part of the Bauges. A hiker, warned of our presence by Claudette joins us. A good connoisseur of the area, he exchanges with pleasure with Jac. He leaves, much faster than us. We will find him at the top. The meadow gives way to the rock. It is sometimes necessary to put the hands, to contort oneself a little to pass in a narrow, to slip between the boulders. In sight of the summit which seems well crowded, we settle down to snack. Those who attack the descent pass very close by waving. After the meal, we go up to the summit anyway. Only the hiker seen on the way up remains, two young women and a young man. Jac and I put on shorts, Paul remains naked. The two women finally move away. The young man turns his back on us. Jac and the hiker resume their conversation on the hiking trails… Quickly leave the shorts and find nudity again. The descent, by the classic itinerary goes around the Trelod by a series of laces in the grassy slope, crosses the top of a mountain pasture. On this side, the view extends to the Mont Blanc in the background. At the foot of the last small ascent, we join a woman who was walking in front of us. « I hope we are not bothering you! – Oh no, why! » In front of the Dent des Portes, the path swings down towards the valley and enters a forest of beeches. How good it is also a little shade!

Pointe de Rognier

Bruno a proposé une sortie à la Pointe de Rognier, tout au bout du massif de Belledonne, en Savoie. Ne connaissant pas ce sommet, je suis naturellement partant. Il faut rejoindre la vallée de la Maurienne, puis monter par une petite route et une interminable piste caillouteuse pour rejoindre notre point de départ à 1400 m d’altitude. Bruno en profite pour tester sa nouvelle voiture hors goudron. Sur la carte, un cheminement devrait nous permettre de faire une boucle, mais sur le terrain ce chemin n’existe plus. Demi tour. A un moment, un cairn au bord de la piste et une trace qui part dans la forêt. On tente l’exploration! Ça grimpe tout droit et raide. Quelques marques d’un balisage ancien subsistent sur des troncs d’arbres, ça doit donc mener quelque part. Parfois la trace disparaît recouverte par la végétation ou par les éboulis rocheux, il faut chercher en gardant l’orientation du terrain jusqu’à revoir un marquage. C’est quelque peu fatiguant, on avance lentement mais on avance et on rejoint finalement un itinéraire plus « classique » au Plan du Lai. De là de bons raidillons grimpent en lacets vers la crête qui nous mènera tout en haut au Rognier. Le paysage disparaît de temps à autre dans les nuages qui montent et se déchirent, nous enveloppent. Il fait presque frais. L’œil de géologue de Bruno lui montre les traces de failles anciennes alors que je n’y vois que des blocs de rochers. Enfin après quatre heures d’efforts nous sommes au sommet, sous la croix géante, devant la table d’orientation, mais il n’y a rien à voir, que le gris des nuages tout autour. Mais, peut être à cause de cette météo, nous sommes seuls et tranquilles. On ne traîne guère sur cette pointe étroite. Il faut d’abord trouver le chemin de descente dans cet environnement minéral pour ne pas reprendre notre parcours de montée et faire une boucle. On hésite un peu, mais on trouve. En plein brouillard, il me semble entendre des voix, j’enfile mon short, mais deux minutes plus tard je le quitte, je n’entends ni ne vois rien. Peu après deux silhouettes apparaissent juste devant moi dans la brume. Pas le temps de mettre le short. « A cause du brouillard, je ne vous ai pas vu et n’ai pas pu m’habiller! » Il sourient. On discute un moment sur notre itinéraire. Ils connaissent l’ancien chemin que l’on a pris à la montée. Des gens du coin! Le parcours de descente rejoint le passage de Vachevieille puis s’engage dans une forêt fantasmagorique dans les bancs de nuages. Là les bords du chemin ont été passés à la débroussailleuse tout récemment, quelques troncs d’arbres ont été tronçonnés. Un si beau chemin que l’on loupe l’embranchement du sentier qui doit nous ramener à la voiture. Un coup d’œil au gps, il nous faut faire demi tour et remonter un peu. Les deux hommes croisés précédemment déboulent. Ils m’ont déjà vu nu, inutile de se rhabiller! Ils nous indiquent l’endroit où il faut tourner. Heureusement, car sans leurs indications précises , on l’aurait manqué une seconde fois, car il faut se glisser sous les branchages pour apercevoir un semblant de sente presque invisible qui part sur le côté. Le sentier s’étire à flanc avant de descendre. Il parait interminable. Un dernier arrêt devant un ruisseau pour se rafraîchir et voilà la voiture. Une bonne journée, même si la météo n’a pas été de la partie, avec 7 heures de balade, sans beaucoup d’arrêts, 13 km de distance et 1200 m de dénivelé!


Bruno proposed an outing to the Pointe de Rognier, at the very end of the Belledonne massif in Savoie. As I don’t know this summit, I’m naturally up for it. We have to join the Maurienne valley, then climb up a small road and an endless stony track to reach our starting point at 1400 m altitude. Bruno takes the opportunity to test his new car off the tarmac. On the map, a path should allow us to make a loop, but on the ground this path no longer exists. Half turn. At one point, a cairn at the edge of the track and a trace that goes into the forest. We try to explore! It climbs straight and steep. Some marks of an ancient beaconing remain on tree trunks, so it must lead somewhere. Sometimes the trace disappears, covered by vegetation or rocky scree. We have to search while keeping the orientation of the terrain until we see a marker again. It’s a bit tiring, we move slowly but we advance and finally reach a more « classic » route at the Plan du Lai. From there good steep climbs up in laces towards the ridge that will take us to the top of Rognier. The landscape disappears from time to time in the clouds that rise and tear, enveloping us. It is almost cool. Bruno’s geologist’s eye shows him the traces of ancient faults, whereas all I see are boulders. Finally after four hours of effort we are at the top, under the giant cross, in front of the orientation table, but there is nothing to see, only the grey of the clouds all around. But, maybe because of this weather, we are alone and quiet. We hardly hang around on this narrow peak. We first have to find the way down in this mineral environment so that we don’t have to take our way up again and make a loop. We hesitate a little, but we find it. In the middle of the fog, I seem to hear voices, I put on my shorts, but two minutes later I leave it, I neither hear nor see anything. Shortly afterwards two silhouettes appear just in front of me in the fog. No time to put the shorts on. « Because of the fog, I didn’t see you and couldn’t get dressed! » They smile. We talk for a while on our way. They know the old path we took on the way up. Local people! The downhill route joins the passage of Vachevieille then enters a phantasmagorical forest in the cloud banks. Here the edges of the path have been recently cleared with a brushcutter, some tree trunks have been cut. Such a beautiful path that we miss the junction of the path that should take us back to the car. A glance at the gps, we have to turn around and go back up a bit. The two men we had met before come out. They have already seen me naked, no need to get dressed! They tell us where to turn. Fortunately, because without their precise indications, we would have missed it a second time, because we have to slip under the branches to see a semblance of an almost invisible trace that goes to the side. The path stretches out on the side before going down. It seems interminable. One last stop in front of a stream to cool off and there is the car. A good day, even if the weather did not help, with 7 hours of walking, without many stops, 13 km of distance and 1200 m of difference in altitude!

Col de Marocaz

Ce mois de février bénéficie d’une météo tellement favorable qu’il m’est difficile de résister à l’offre de Bruno d’une randonnue dans les Bauges. Nous sommes 10 au point de départ, dans le village de Cruet. On rentre tout de suite en forêt et malgré l’ombre, vite en tenue. Enfin, pour certains, d’autres mettront un peu plus de temps à s’échauffer. Le chemin s’étire à flanc de vallon au dessus d’un joli torrent. Un petit pont de bois. Des marches en rondins facilitent la grimpette. On se habille sommairement pour traverser la route. Le cheminement passe de chemins creux en points de vue sur la vallée. Un deuxième petit pont : pont des moines ou pont romain. Pique nique dans un champs bien dégagé face au sommets de Belledonne et du Grand Arc. Habillage momentané lorsque l’on retrouve une ferme et la route pour quelques centaines de mètres. Puis on prend une vague chemin qui disparaît sous la neige. On rejoint la Croix de Fer, à peine visible au bord du chemin, et la piste qui va nous amener au col de Marocaz. Des traces de raquettes, mais déjà anciennes. On arrive au col. Rhabillage sommaire encore une fois. Puis on bascule par un petit sentier enneigé qui nous ramène sous la ferme et notre itinéraire de montée. Traversée de la route à un moment sans voiture. Trop tard, en voilà une. Le conducteur sourit en voyant la troupe dénudée à peine dissimulée. Détour par la chapelle maillée, un simple oratoire au bord du chemin. Rencontre avec un vététiste qui s’arrête pour s’enquérir des chemins. Puis c’est la descente finale vers Cruet.


This month of February benefits from such favourable weather that it is difficult for me to resist Bruno’s offer of a hike in the Bauges. We are 10 at the starting point, in the village of Cruet. We go right into the forest and despite the shade, we get undressed quickly. For some, it will take a little longer for others to warm up. The path stretches out on the side of a small valley above a pretty stream. A small wooden bridge. Log steps make climbing easier. We dress summarily to cross the road. The trail passes from hollow paths to viewpoints over the valley. A second small bridge: monks’ bridge or Roman bridge. Picnic in an open field facing the summits of Belledonne and the Grand Arc. Temporary dressing when we reach a farm and the road for a few hundred meters. Then we take a vague path that disappears under the snow. We reach the Iron Cross, barely visible at the side of the road, and the track that will take us to the Marocaz pass. Snowshoe tracks, but already old. We arrive at the pass. Rough re-dressing once again. Then we switch to a small snow-covered path that takes us back under the farm and our climbing route. Crossing the road at one time without a car. Too late, here’s one. The driver smiled as he saw the bare troop barely concealed. Detour by a chapel, a simple oratory by the roadside. Meeting with a mountain biker who stops to ask about the roads. Then it’s the final descent to Cruet.

Mont Valezan

Semaine de randonnée textile traditionnelle de l’été d’un groupe d’amis de ma compagne. Cette année, ils ont choisi le col du Petit Saint Bernard et j’ai accepté de les accompagner. Nous logeons dans l’ancien hospice transformé en gîte. C’est parfait pour des balades aux alentours. Comme une étape du Tour de France arrive à la Rosière, la station toute proche, le groupe décide d’une courte rando qui les mènera voir le spectacle. Personnellement, je n’ai aucune envie de me retrouver dans la foule des spectateurs et des cyclistes. J’ai prévu de quitter mes compagnons à mi parcours et de monter au Mont Valezan. Finalement, Fred décide de venir avec moi avant de redescendre rapidement vers la station. Le chemin envisagé est complètement bouleversé par une piste de chantier de construction de nouvelles remontées mécaniques. Finalement nous atteignons le sommet. Trois autres randonneurs sont là aussi. Le panorama à 360° est grandiose. Le versant italien du Mont Blanc, juste en face de nous, les glaciers des alpes italiennes et suisses d’un coté, les sommets de la Vanoise de l’autre. Fred se remplit les yeux et attaque la descente, les trois autres le suivent. Je reste donc seul sur ce sommet. Je peux tranquillement me déshabiller. Je prends mon temps pour photographier tout ce paysage. Au lieu de redescendre vers la Rosière, je décide de suivre la crête qui doit me ramener vers le col du Petit Saint Bernard en passant par le col du Belvédère. Le début du sentier n’est pas évident, à peine marqué dans les éboulis de roche noire, puis il devient plus facile. En fait, je suis exactement le tracé de la frontière entre la France et l’Italie. Je m’arrête pour pique-niquer au sommet de Bella Valletta. Un petit vent me rafraîchit. Je repars, passe à proximité d’un ancien bâtiment militaire en ruine. Aux jumelles, j’aperçois sur le Mont Belvédère, où j’ai prévu de passer, une foule de silhouettes. En me rapprochant j’entends des chants. Il doit y avoir une messe en plein air. Bon, j’en suis encore loin! Pour éviter des points hauts, le chemin descend côté italien, puis disparaît sous un névé. Je remonte un peu au jugé vers ce que j’espère être le dernier sommet avant le col. Mais je me rends compte que le passage n’est pas possible, l’autre versant est à pic, infranchissable. Je dois me résoudre à faire demi tour et à trouver un passage dans cette alignement de falaises. Je retrouve le chemin qui descend en virages le long de cette crête. A un moment, je repère un sentier dans une trouée, bien marqué et aménagé. Manque de chance, un gros névé en barre le passage. Il s‘agit de quelques mètres seulement, mais trop exposés à franchir sans équipement, crampons et piolet. Surtout seul. En face, sur ce plateau qui m’est encore inaccessible, je vois redescendre les fidèles de la cérémonie religieuse. J’ai remis mon short. Je continue à descendre en cherchant un passage. Je le trouve dans un amas de blocs rocheux. J’ai atteint la prairie. Il me faut maintenant remonter jusqu’au col du Belvédère puis basculer versant français sous les pylônes des remontées mécaniques et couper dans les alpages jusqu’à rejoindre le chemin do col du Petit saint Bernard. Ce n’a été que deux heures et demi de nudité sur les huit heures quarante cinq de rando, mais j’ai bien profité de l’imprévu.


Traditional summer hiking week of a group of friends of my girlfriend. This year, they chose the Petit Saint Bernard pass and I agreed to accompany them. We stay in the old hospice transformed into a gîte. It’s perfect for walks around. As a stopover of the Tour de France arrives at La Rosière, the nearby resort, the group decides on a short hike that will take them to see the show. Personally, I have no desire to be in the crowd of spectators and cyclists. I plan to leave my companions halfway and climb Mount Valezan. Finally, Fred decides to come with me before coming down quickly towards the station. The planned route is completely disrupted by a construction track for new ski lifts. Finally we reach the summit. Three other hikers are also there. The 360° panorama is magnificent. The Italian side of Mont Blanc, just in front of us, the glaciers of the Italian and Swiss Alps on one side, the summits of the Vanoise on the other. Fred fills his eyes and attacks the descent, the three others follow him. So I remain alone on this summit. I can undress quietly. I take my time to photograph this whole landscape. Instead of going back down to La Rosière, I decide to follow the ridge which should take me back to the Petit Saint Bernard pass via the Belvedere pass. The beginning of the path is not obvious, barely marked in the black rock falls, then it becomes easier. In fact, I follow exactly the line of the border between France and Italy. I stop for a picnic at the top of Bella Valletta. A little wind refreshes me. I go again, passes near an old military building in ruins. In the binoculars, I see on Mount Belvedere, where I plan to pass, a crowd of silhouettes. As I get closer I hear songs. There must be an open-air mass. Well, I’m still far from it! To avoid high points, the path goes down Italian side, then disappears under a neve. I go back a bit to what I hope will be the last summit before the pass. But I realize that the passage is not possible, the other side is steep, impassable. I have to decide to turn around and find a way through this cliff line. I find the path which goes down in bends along this crest. At one point, I spot a path in a hole, well marked and arranged. Bad luck, a big neve in the way. It is only a few meters, but too exposed to cross without equipment, crampons and ice axe. Especially alone. Opposite, on this plateau which is still inaccessible to me, I see the faithful of the religious ceremony coming down again. I put my shorts back on. I keep going down looking for a passage. I find it in a pile of boulders. I’ve reached the prairie. I now have to climb back up to the Belvedere pass, then topple over on the French side under the pylons of the ski lifts and cut through the mountain pastures until I reach the Petit Saint Bernard pass path. It was only two and a half hours of nudity out of the eight and forty five hours of hiking, but I took advantage of the unexpected.

Lac de Queige

Du fond de la vallée de l’Isère, près d’Albertville, où se fait le regroupement, une petite route étroite en lacets nous monte à l’alpage de l’Ebaudiaz. C’est 1300 mètres de gagné ! Un petit parking devant le chalet des bergers. Nous sommes sept. Départ habillé, mais très vite, les vêtements peuvent tomber. Montée plutôt douce dans les champs de l’alpage, puis plus raide dans les pentes couvertes de myrtilliers et de rhododendrons. Pas encore de fruits et peu de fleurs, l’hiver a été long et la neige épaisse, la végétation a comme pris un peu de retard. On atteint la croix au sommet de la Grande Lanche (2111m). Un randonneur nous tourne le dos puis s’éloigne. En coupant au jugé dans la pente on descend au lac de Queige. Une extrémité du lac est encore bordée par un épais névé. Mais l’eau n’est pas aussi froide qu’imaginée! Peut-être une douzaine de degrés. Après la baignade et le pique-nique, il faut remonter jusqu’à un col puis basculer sur l’autre versant par un étroit sentier. Il est un peu tard pour tenter d’aller jusqu’à la Dent du Corbeau. Ce sera pour une autre fois.


From the bottom of the Isère valley, near Albertville, where the gathering takes place, a narrow winding road leads up to the Ebaudiaz mountain pasture. That’s 1,300 yards won! A small car park in front of the shepherds’ chalet. We are seven. Departure dressed, but very quickly, clothes can fall. A rather gentle ascent in the alpine fields, then steeper on the slopes covered with blueberries and rhododendrons. No fruit yet and few flowers, the winter was long and the snow thick, the vegetation has as if taken a little delay. The cross is reached at the top of the Grande Lanche (2111m). A hiker turns his back on us and then walks away. By cutting at the judging in the slope one goes down to the lake of Queige. One end of the lake is still bordered by a thick neve. But the water is not as cold as imagined! Maybe a dozen degrees. After swimming and picnicking, it is necessary to go up to a pass then topple on the other slope by a narrow path. It’s a little late to be trying to get to the Raven’s Tooth. It’ll be for another time.

Lac de Montfroid

Nouvelle sortie à trois avec Bruno et Gérard. Avant 9 heures, nous posons la voiture entre le lac de Grand’Maison et le col du Glandon. Au lieu de partir en longeant le lac comme prévu, une face encore à l’ombre, nous profitons du soleil qui réchauffe déjà le versant au dessus des chalets du Plan du Suet. Une fois le torrent traversé, nous nous déshabillons pour attaquer la montée droit dans la pente dans les herbes hautes encore humides de rosée. Il suffit ensuite de suivre une longue crête qui monte régulièrement, en fait plutôt une succession de bosses. Soudain un troupeau de mouton surgit, descendant tranquillement. Un berger les surveille de loin. J’enfile un short pour le croiser et échanger quelques mots avec lui. Puis il descend vers sa cabane au fond du vallon et je continue de grimper. En m’arrêtant un peu plus haut, je l’aperçois au loin qui évolue nu autour de sa cabane ! Au fur et à mesure de l’ascension, le paysage se révèle. D’un coté, derrière le col du Glandon, apparaît le Mont Blanc enneigé. A l’opposé, le lac de Grand’Maison tout en bas entouré des sommets de Belledonne : le Grand Pic, le Pic Blanc, les aiguilles de l’Argentière et de ceux des Grandes Rousses : le Pic de l’Étendard. La luminosité est exceptionnelle, révélant les reliefs lointains. Jusqu’au col de Montfroid, on chemine dans l’alpage herbeux. Pour rejoindre le lac, il faut se faufiler dans un dédale de blocs de granit. Quelques cairns marquent la direction. A 2300 m, le lac se découvre dans un écrin. Son eau calme reflète le bleu du ciel, son fond est couvert d’algues, du moins sur les bords. On en fait le tour, découvrant à chaque pas de nouvelles perspectives. Arrêt pour casse croûter, et même une rapide baignade. L’eau est vraiment fraîche ! Demi tour. On retrouve le col. La descente se fait en balcon au dessus du lac, en se rapprochant en lacets dans les pentes raides jusqu’à trouver le chemin qui en fait le tour. Il nous faut remettre le short un peu avant d’arriver au parking, une famille pique nique à coté de la voiture.


New trip with Bruno and Gérard. Before 9 a. m., we put the car down between the lake of Grand’ Maison and the pass of Glandon. Instead of leaving along the lake as planned, one side still in the shade, we take advantage of the sun which is already warming the slope above the Plan du Suet chalets. Once the torrent crosses, we undress to attack the right ascent in the slope in the still damp dewy tall grass. Then follow a long ridge that rises regularly, making it a succession of bumps. Suddenly a flock of sheep rises, descending quietly. A shepherd watches them from afar. I put on a pair of shorts to cross him and exchange a few words with him. Then he goes down to his hut at the bottom of the valley and I keep climbing. Stopping a little higher, I can see him in the distance, naked around his hut! As the ascent progresses, the landscape reveals itself. On one side, behind the Glandon pass, appears the snow-covered Mont Blanc. On the other hand, the lake of Grand’ Maison at the bottom surrounded by the peaks of Belledonne: the Grand Pic, the Pic Blanc, the Aiguilles of Argentière and those of the Grandes Rousses: the Pic de l’ Étendard. The brightness is exceptional, revealing the distant reliefs. To the col de Montfroid, we walk in the grassy alpine pastures. To reach the lake, you have to sneak into a maze of granite boulders. Some cairns mark the direction. At 2300 m, the lake is discovered in a case. Its calm water reflects the blue sky, its bottom is covered with seaweed, at least on the edges. We go around it, discovering new perspectives every step of the way. Stop for snacking, and even a quick swim. The water is really cool! Half turn. We find the pass. The descent is done in balcony above the lake, approaching in laces in the steep slopes until we find the path that goes around it. We have to put the shorts back on a bit before arriving at the car park, a family picnic next to the car.

Grand Arc

On se retrouve à six dans le village de Notre Dame de Millière près d’Albertville en Savoie. Je suis venu avec Philippe et Patricia depuis Grenoble, Bruno vient de Chartreuse en prenant Dominique dans la combe de Savoie, et Laurent arrive des Aravis. Laurent a un fourgon six places, ça tombe bien, il y a encore une bonne quinzaine de kilomètres sur une route forestière en lacets puis une piste de terre pour arriver à notre point de départ de rando à l’alpage de la Thuile.

On domine la vallée de l’Isère et la ville d’Albertville. Les sommets des Bauges,des Aravis, de Tournette se découpent dans un air particulièrement pur. Départ à 9 heures. D’abord une descente en forêt de deux cent mètres de dénivelé. C’est la mise en jambe . Puis ça commence à monter. Ça ne fera que monter jusqu’au sommet du Petit Arc. Passages dans les fougères ou les herbes hautes encore pleines de rosée, multiple ruisselets, les pieds sont vite très humides. Puis on atteint la zone de prairies alpines. Tapis de rhododendrons. On surplombe maintenant la vallée de l’Isère à son embranchement avec la Maurienne. En face de nous, le massif de Belledonne et au loin la Chartreuse et la silhouette du Granier. De l’autre côté, le Mont Blanc apparaît. En presque quatre heure on atteint le Petit Arc. La dernière montée a été rude, droite mais rude ! Au sommet, trois personnes nous ont vu arriver. Elles nous tournent le dos occupées à pique-niquer face au panorama. « Bon appétit ! » ‘Merci ».

Le Grand Arc est à portée de jambe. Enfin, presque ! Deux jeunes en maillots d’équipes de foot en descendent. « Vous n’avez pas trop chaud ? » « On ne veut pas s’enrhumer ! » Enfin, le sommet à 2484m. Il est occupé par des abeilles et des taons. On ne s’éternise pas et on trouve un coin plus tranquille un peu en contrebas pour manger. Vin de Bordeaux, vin du Languedoc, café, pousse café. On ferait bien la sieste, mais la balade n’est pas finie.

Devant nous s’étend la crête qui doit nous ramener vers notre but. Une succession de creux et de bosses, accidentée parfois. Bruno sortira même sa corde d’assurance pour un passage quelque peu délicat. Dominique traîne un peu la jambe, les genoux endoloris. Passages entre barres rocheuses et pentes herbues glissantes. La progression se fait lente. Enfin, une dernière butte et c’est la plongée vers l’alpage de la Thuile. Droit dans la pente. Les premiers courent devant, les derniers se traînent derrière. Les premiers attendent les derniers auprès de deux petits lacs, l’un à l’eau bien froide, l’autre entouré de linaigrettes blanches. Courtes mais ravigotantes baignades. Plus qu’un bout de piste et nous sommes arrivés.

Bilan : 9 heures 40 de rando dont 9 heures et demi en nudité.


We meet six in the village of Notre Dame de Millière near Albertville in Savoie. I came with Philippe and Patricia from Grenoble, Bruno comes from Chartreuse taking Dominique in the combe of Savoy, and Laurent arrives from the Aravis. Laurent has a six-seat van, it’s good, there are still a good fifteen kilometers on a forest road in hairpin bend then a dirt track to get to our starting point of hiking at the high pasture of Thuile.

One dominates the valley of the Isère and the city of Albertville. The summits of Bauges, Aravis and Tournette are carved out in a particularly pure air. Departure at 9 am. First a descent in forest of two hundred meters of height. It’s the set-up. Then it starts to rise. It will only go up to the top of the Petit Arc. Passages in ferns or tall grasses still full of dew, multiple streams, feet are quickly very wet. Then we reach the area of alpine meadows. Rhododendron carpets. We now overlook the valley of Isere at its branch with the Maurienne. In front of us, the massif of Belledonne and in the distance the Chartreuse and the silhouette of the Granier. On the other side, Mont Blanc appears. In almost four hours we reach the Petit Arc. The last climb was rough, straight but rough! At the top, three people saw us arrive. They turn their backs busy picnicking in front of the panorama. « Enjoy your meal ! » Thanks ».

The Grand Arc is within reach; almost. Two youngsters in soccer jerseys come down. » « You’re not too hot? » « We do not want to catch cold! ». The summit at 2484m is occupied by bees and horseflies, we do not linger and we find a more tranquil area a little below to eat. Wine from Bordeaux and Languedoc, coffee, liqueur.

But the walk is not over, and the crest that leads us towards our goal is a succession of bumps and troughs, sometimes steep. Bruno will even release his rope of assurance for a somewhat delicate passage. Dominique drags his leg, aching knees. Passages between rocky bars and slippery grassy slopes. The progression is slow, finally a last butte and it is the dive towards the pasture of Thuile. Right in the slope, the first run ahead, the last drag behind. The first waiting the last near two small lakes, one in cold water, the other surrounded by white cottongrass flowers. Short but ravishing swims. More than just a track and we arrived.

Assessment: 9 hours 40 of hiking of which 9 hours and half in nudity.

Col des Pariotes

Bien sûr, c’était un peu loin de Grenoble, deux heures et demi de voiture, mais cette balade en valait la peine. Pourtant à l’arrivée sur le parking de départ, au dessus de Bonneval sur Arc, au fin fond de la Haute Maurienne, on s’est posé quelques question avec Bruno. Le thermomètre affichait 10° et le brouillard nous cachait les sommets alentours. Aurait-on fait tout ce trajet pour rien?

On est donc parti avec les polaires, mais vite on s’est réchauffé avant même d’atteindre le départ du sentier qui monte vers le refuge du Carro. On s’est donc déshabillé, mais en gardant les pieds mouillés entre rosée de l’herbe haute et traversée de cailloux en cailloux. Montée dans cet univers du vert profond des alpages, puis après le refuge, un monde très différent, blanc et gris, rocheux, minéral coupé de langues de neige des névés. Avec le lac Blanc de couleur turquoise, vert, gris selon la lumière qui lui tombe dessus. Une lumière changeant sans arrêt en fonction des bancs de nuages qui filaient au dessus de nos têtes. On passe de blocs rocheux instables à des éboulis de pierres ou à des traversées dans la neige. Passage au col des Pariotes à 3000 m. Le petit vent ne nous incite guère à traîner. On attaque la descente sur l’autre versant. Pas de chemin, peu de cairns, à peine quelques traces dans les névés. Heureusement le gps est là pour nous mener dans la bonne direction jusqu’à retrouver un sentier aux sources supérieurs de l’Arc.

Ensuite c’est une descente bien tracée vers la vallée, en croisant quelques randonneurs qui montent; c’est dimanche après midi. Chaque fois, on peut les voir un peu en avance et se recouvrir sommairement. Si certains on pu nous apercevoir nus au loin, aucune remarque, même si nos tenues, shorts et torses nus, semblent sommaires.


Of course, it was a little far from Grenoble, two and a half hours by car, but this walk was worth it. Yet on arrival in the parking lot, above Bonneval sur Arc, at the bottom of the Haute Maurienne, we asked a few questions with Bruno. The thermometer showed 10 ° and the mist hid the surrounding peaks. Would we have made the whole journey for nothing?

So we went with the polars, but soon we warmed up before we even reached the start of the trail that goes up to the refuge of Carro. So we undressed, but keeping our feet wet between dew of high grass and torrents crossed from pebble to pebble. Climbed into this universe of deep green alpine pastures, then after the refuge, a very different world, white and gray, rocky, mineral cut with banks of snow. With the lake Blanc of turquoise color, green, gray according to the light that falls on it. A light continuously changing according to the cloud banks that were spinning above our heads. We go from unstable rock blocks to stones or crossings in the snow. We reached the Col des Pariotes at 3000 m. The little wind does not encourage us to hang around. The descent is attacked on the other slope. No way, few cairns, scarcely a few traces in the neves. Fortunately the gps is there to take us in the right direction until we find a path at the upper sources of the Arc.

Then it is a descent well traced towards the valley, crossing some hikers who go up; it’s Sunday afternoon. Each time, they can be seen a little ahead of time and we cover ourselves up briefly. If some people could see us naked in the distance, no remark, even if our outfits, shorts and bare chest, seem to be summary.

Pointe de la Gorgeat

Bruno a proposé une balade en Savoie juste au dessus de Chambéry, tout au bout de la Chartreuse. Un coin que je ne connais guère, alors va pour la découverte! Nous sommes quatre. Le ciel est assez couvert au départ, il se découvrira, laissant passer de chauds rayons de soleil, puis se recouvrira dans l’après midi, avec même quelques légères gouttes de pluie à notre retour. On a échappé à la météo pourrie annoncée quelques jours auparavant.
On a laissé les voitures à une centaine de mètres du tunnel du Pas de la Fosse, sur la route qui va de Chambéry au col du Granier. Quelques pas sur la route, puis une piste sur la droite. On se déshabille. On passe sous deux gigantesques poteaux électriques, puis c’est un petit sentier dans les buis, qui rejoint le large chemin du GR. Ça monte quand même pas mal. De temps à autre quelques belles trouées entre les arbres laissent apercevoir le panorama sur Chambéry, le lac du Bourget, Aix les Bains. Les lointains sont malheureusement assez voilés. Au bout de quelques deux heures de grimpette, on arrive à la Pointe de la Gorgeat. C’est une balade assez courue par l’autre versant depuis le col du Granier. On se rhabille au minimum avant de trouver un coin à l’écart pour pique niquer et trouver une geocache à proximité.On domine la vallée des Entremonts, toute verte de prairies et de forêts. Pour éviter de redescendre par le même chemin, Bruno nous trouve un sentier tranquille. A un moment on découvre un grand panneau métallique. «Danger de mort, zone de tir». On est dans, ou juste au bord, d’un champ de tir de l’armée. Pas de canonnade ou de mitraille. On l’a échappé belle! On rejoint une large piste qui descend en lacets, que l’on quitte pour traverser plus ou moins à flancs en vue de rejoindre notre itinéraire de montée. C’est une partie plus aventureuse, qui nécessite de traverser quelques lits de ruisseaux encaissés, de passer sur ou sous des troncs en travers du chemin, de s’orienter pour retrouver la trace perdue. Mais finalement on retrouve notre chemin. Au passage on cueille quelques brins de muguets repérés à l’aller. A quelques mètres de la route, il faut bien se rhabiller!


Bruno proposed a walk in Savoy just above Chambéry, at the end of the Chartreuse. A place that I hardly know, so go for the discovery! We are four. The sky is quite covered at first, it will clear up, letting pass of warm rays of sun, then will cover in the afternoon, with even a few drops of rain on our return. We escaped the rotten weather announced a few days ago.
The cars were left about a hundred yards from the Pas de la Fosse tunnel, on the road from Chambéry to the Granier pass. A few steps down the road, then a track on the right. We’re undressing. We pass under two gigantic electric poles, then it is a small path in the boxwood, which joins the broad GR trail. It goes up quite firmly. From time to time some beautiful holes between the trees let you see the panorama on Chambéry, the lake of Bourget, Aix les Bains. The distances are unfortunately rather veiled. After a couple of hours of climbing, one arrives at the Pointe de la Gorgeat. It is a walk quite popular by the other slope from the Granier pass. We get lightly dressed before finding a place away to picnic and find a geocache nearby. Above the valley of the Entremonts, all green meadows and forests. To avoid going down by the same path, Bruno finds us a quiet path. At one moment a large metallic panel is discovered. « Danger of death, shooting range ». One is in, or just on the edge, of an army shooting range. No cannonade or grape-shot. We had a narrow escape ! We reach a wide track which descends in laces, which one leaves to cross more or less flanks in order to join our itinerary of climb. It is a more adventurous part, which requires crossing a few beds of brooks, passing on or under trunks across the road, orienting to find the lost trace. But finally we find our way. A few strands of lily of the valley are picked up on the way. A few meters from the road, we have to get dressed!

Autour de St Pierre d’Entremont

Ce mois de septembre, Bruno a organisé une semaine de randonnues autour de son village de Saint Pierre d’Entremont, à la limite de l’Isère et de la Savoie. Malheureusement, je n’ai pu participer qu’à deux d’entre elles. Celle du lundi, avec Bruno, Patricia et Bernard de Suisse. Départ du bout de la petite route après le hameau du Château. On est vite nus. Ça monte tout de suite dans la forêt. En passant, je trouve facilement une geocache. Puis on est doublé par un homme qui marche rapidement avec son chien. On ne l’a vraiment pas entendu arriver. On débouche dans le vallon des Eparres juste sous le col de Bovinant. Tintement des clochettes du troupeau dans l’alpage. On grimpe à droite vers le Petit Som. Croisement d’un randonneur qui descend en sens inverse. Quelques mots de salut. On le reverra plus tard. Du col de Léchaud, on aperçoit trois personnes au sommet du Petit Som. Pour les croiser on enfile shorts ou paréo. Durant le casse croûte, au soleil, à peine à l’écart du chemin qui mène à la Cheminée, on revoit notre randonneur de tout à l’heure. Comme il nous a déjà vu nus, inutile de se rhabiller! On décide de revenir par le col du Fret et les 120 lacets. Pour cela nous devons repasser au col de Bovinant. On ne peux éviter de se couvrir pour passer un groupe d’une bonne douzaine de randonneurs. La montée au col du Fret est raide, mais relativement courte. De l’autre coté, par contre, la pente est vertigineuse, dans un couloir étroit entre les barres rocheuses. Voilà donc les fameux 120 lacets. On attaque la descente en évitant de glisser. Au moment où on arrive dans une partie quelque peu rocheuse, une voix derrière nous et apparaît un moine, robe de bure blanche et large chapeau de paille. Surpris, on lui dit qu’on peut se couvrir. «Moi, ça ne me dérange pas, mais les deux qui vont arriver seront peut-être gênés!» D’autant qu’il y a une femme parmi nous! On se couvre sommairement. Il passe en bondissant, souriant, très à l’aise dans ces rochers. Les deux autres, peut être des novices, sont plus réservés. Puis de loin, il nous fait un grand signe de salut. Surprenante et sympathique rencontre. On continue la descente à une allure bien plus modérée, nous! Un petit détour pour jeter un œil sur une tourbière, puis la forêt. En arrivant à la première maison, il y a un homme qui travaille. On se rhabille définitivement. Le village de Saint Philibert et la maison de Bruno ne sont plus bien loin.

Deuxième balade le vendredi. Toujours avec Bruno et Patricia, avec Gilbert de Lyon cette fois. La météo est bien moins bonne, le ciel couvert et la pluie est prévue en début d’après midi. Bruno nous a préparer un nouveau concept: la randonnue-restaurant. Une table est réservée à l’auberge, réputée dans le coin, Chez Danny, dans le petite station du Désert d’Entremont, à 1200 mètres d’altitude. Par précaution nous y laissons une voiture en prévision du mauvais temps. Avec des vêtements décents dans le coffre! Puis nous allons nous garer au hameau des Courriers, vers 750 m. C’est donc un petit dénivelé qui nous attends ce matin. Chemin creux en forêt. On passe devant plusieurs granges plus ou moins abandonnées, témoignage de l’activité paysanne d’autrefois. Les cris d’un berger après ses bêtes résonnent tout près, puis s’éloignent sur le versant opposé à notre chemin, mais nous l’entendrons longtemps! Le paysage s’ouvre dans des grands champs d’herbes hautes. Une petite maison, fermée mais bien retapée, nous fait envie. Quel endroit idéal pour des vacances naturistes. Isolée, avec une vue grandiose sur le Granier et les falaises de Chartreuse. Et un mur couvert de mûres bien mûres. Hmmm ! A midi, on traverse un troupeau de vaches et on arrive sur la route au col de la Cluse. Le restaurant n’est plus qu’à quelques centaines de mètres et il faut enfiler les shorts. Sur le parking, on s’habille plus «correctement». La salle du restaurant est pleine, une bonne vingtaine de clients. Décor en bois. Étagères de produits locaux: Bouteilles de liqueurs de chartreuse et genépi. Repas montagnard et savoyard arrosé bien sûr de vin de Savoie. Quand on sort de table, la pluie annoncée n’est pas là. On décide de continuer la rando en montant à la Pointe de la Cochette, 1620m. Balade digestive. Au sommet, la vue est plongeante sur Saint Pierre d’Entremont. Au loin le Petit Som, où l’on était lundi, semble sous des rideaux de pluie. Vite redescendre avant qu’elle n’arrive ici. Mais de façon surprenante, c’est plutôt un pâle soleil qui nous a accompagné jusqu’à la voiture.


This September, Bruno organized a week of naked hiking around his village of Saint Pierre d’Entremont, on the border of Isère and Savoie. Unfortunately, I was only able to participate in two of them. The one of Monday, with Bruno, Patricia and Bernard of Switzerland. Departure at the end of the small road after the hamlet of the Castle. We’re quickly naked. It goes up in the forest right away. By the way, I easily find a geocache. Then we are overtaked by a man who walks quickly with his dog. We really did not hear him coming. We reach the valley of the Eparres just below the pass of Bovinant. Clinking of the bells of the herd in the pasture. We climb to the right towards Petit Som. Crossing of a hiker descending in opposite direction. A few words of salvation. We’ll see him later. From the Col de Léchaud, we can see three people at the top of Petit Som. To cross them we put on shorts or pareo. During the snack, in the sun, just a step away from the path that leads to the Chimney, we see again the previous hiker. As he has already seen us naked, useless to get dressed! We decided to return by the Col du Fret and the 120 laces. For this we must go back to the Col de Bovinant. One can not avoid covering up to go through a group of a dozen hikers. The ascent to the Pass of the Freight is steep, but relatively short. On the other side, however, the slope is dizzying, in a narrow corridor between the rock bars. Here are the famous 120 laces. The descent is attacked by avoiding slipping. At the moment we arrive in a somewhat rocky part, a voice behind us and appears a monk, dress of white wool and large straw hat. Surprised, we told him we could cover ourselves. « I do not mind, but the two who are going to arrive may be embarrassed! » All the more so because there is a woman among us! We cover ourselves briefly. He passes by leaping, smiling, very at ease in these rocks. The other two, maybe novices, are more reserved. Then, from afar, he gives us a great sign of salvation. Surprising and friendly encounter. We continue the descent at a much more moderate pace, we! A little detour to take a look at a bog, then the forest. On arriving at the first house, there is a man who works. We get dressed definitively. The village of Saint Philibert and the house of Bruno are not far away.


Second hike on Friday. Still with Bruno and Patricia, with Gilbert of Lyon this time. The weather is much worse, the sky overcast and the rain is expected in the early afternoon. Bruno has prepared a new concept: the hiking-restaurant. A table is reserved at the inn, famous in the area, Chez Danny, in the small resort of the Desert of Entremont, at 1200 meters of altitude. As a precaution, we leave a car in case of the bad weather, with decent clothes in the trunk! Then we will park in the hamlet of Couriers, about 750 m. So this is a small difference in altitude that is waiting for us this morning. Sunken lane in the forest. One goes before several barns more or less abandoned, testimony of the peasant activity of old time. The screams of a shepherd after his beasts resound very close, then go off on the slope opposite our way, but we will hear it for a long time! The landscape opens into large fields of tall grass. A small house, closed but well restored, makes us envy. What a great place for a naturist holiday. Isolated, with a grand view on the Granier and the cliffs of Chartreuse. And a wall covered with ripe blackberries. Hmmm! At noon we cross a herd of cows and arrive on the road to the col de la Cluse. The restaurant is only a few hundred meters away and we have to put on the shorts. On the parking lot, we dress more « correctly ». The restaurant room is full, about twenty guests. Wooden decor. Shelves of local products: Bottles of chartreuse liquors and genépi. Mountain and savoyard meal washed down of course with Savoy wine. When we go out of the table, the announced rain is not there. We decide to continue the hike up to Pointe de la Cochette, 1620m. Digestive walk. At the top, the view is plunging on Saint Pierre d’Entremont. In the distance the Little Som, where we were Monday, seems under rain curtains. Quickly going down before it comes here. But surprisingly, it was rather a pale sun that accompanied us to the car.