Grand Serre

Je pensais être tranquille en arrivant à la station désaffectée de Saint Honoré 1500 vers 9 heures 20. Mais en fait une dizaine de voitures sont déjà garées là et deux autres arrivent derrière moi. Je démarre en short et tee shirt sur la première partie à l’ombre, puis je quitte le tee shirt et continue juste en short court. Je double un couple chaudement habillé puis un autre qui reste un peu derrière moi. A une bifurcation, je les vois partir vers le Tabor. J’arrive au lac Charlet. Les abords sont désert. Je peux enfin tout quitter. Je trouve rapidement une geocache puis continue la montée vers le col de l’Ollière puis le Pérollier. Mais deux groupes en descendent et je dois renfiler le short pour les croiser. Au sommet du Pérollier, je domine les remontées mécaniques du domaine skiable de l’Alpe du Grand Serre. Je commence à descendre sur ce versant là, remet le short pour croiser encore un groupe et me dirige vers le col du Parché. Là une randonneuse apparaît derrière moi. Je renfile encore une fois le short. Elle me suit puis me précède jusqu’au sommet du Grand Serre. Il est midi passé. Elle s’arrête et je me pose un peu plus loin pour le casse croûte. Elle fait demi tour et repart. Je suis enfin seul et nu. Je reviens en coupant dans la pente pour rejoindre l’arrivée d’un téléski, puis grimpe jusqu’à la crête qui me ramène vers le Pérollier. Pour redescendre, je m’engage dans le sentier du diable, un chemin étroit qui plonge en une multitude de lacets dans la face très raide. Vu d’en face, ce chemin est très impressionnant, en fait, il faut juste ne pas craindre le vertige et veiller à ne surtout pas faire de faux pas.


I thought I’d be quiet when I arrived at the disused Saint Honoré 1500 resort at around 9.20am. But in fact about ten cars are already parked there and two others are coming behind me. I start in shorts and tee shirt on the first part in the shade, then I leave the tee shirt and continue just in short shorts. I pass a warmly dressed couple and then another one who stays a bit behind me. At a fork in the path, I see them leaving towards Tabor. I arrive at Lake Charlet. The surroundings are deserted. I can finally quit everything. I quickly find a geocache then continue the climb towards the Ollière pass and then the Pérollier. But two groups come down and I have to put on my shorts to cross them. At the top of the Pérollier, I dominate the ski lifts of the Alpe du Grand Serre ski area. I start to descend on this slope, put my shorts back on to meet another group and head towards the Parché pass. There a hiker appears behind me. I put the shorts on again. She follows me then precedes me to the top of the Grand Serre. It’s past noon. She stops and I sit down a little further for a snack. She turns around and starts again. I am finally alone and naked. I come back cutting into the slope to reach the arrival of a ski lift, then climb up to the ridge that takes me back to the Pérollier. To get back down, I take the devil’s path, a narrow path that plunges in a multitude of laces into the very steep face. Seen from the other side, this path is very impressive, in fact, you just have to be careful not to fear vertigo and make sure you don’t make any false steps.

Le Senepy depuis Mayres-Savel

Thierry, nouveau venu dans le groupe des randonneurs nus Dauphiné Savoie, a proposé une sortie au Senepy. Pourquoi pas ! Cela fait longtemps que je ne suis pas monté la haut. De plus, il suggère de partir de Mayres-Savel, coté sud. Là, pour le coup, je ne connais pas.
Le village n’est pas grand. On passe entre la mairie et l’église et c’est parti pour la grimpette. Il y a quand même quelques mille mètres de dénivellation. Au début, on cause un peu, histoire de faire connaissance, mais ensuite un sentier étroit oblige à se suivre, et puis le souffle se fait plus court. C’est que le sentier suit à peu prés exactement la crête. Ça monte raide tout le temps, sans vraiment de temps de repos. On sort de la forêt pour atteindre l’alpage sommital. On a avalé les mille mètres en moins de deux heures. Un vent frais nous accueil. Mais la vue vaut de rester quelque temps à admirer les paysages. D’un coté un panorama depuis la Chartreuse jusqu’aux Écrins en passant par le Taillefer et le Coiro, sur l’autre versant, la barrière du Vercors en fond et le lac de Monteynard à nos pieds. Dommage que la luminosité ne soit pas parfaite. Le ciel est quelque peu voilé et les lointains ne se détachent pas vraiment. Mais qu’importe. Nous sommes seuls sur ce sommet à profiter de cette vue grandiose. Pour descendre nous faisons une boucle en passant par le col du Senepy, déserté par les troupeaux et la petite cabane du serre du Chat Pendu, où nous nous arrêtons pour une halte casse-croûte.


Thierry, a newcomer in the group of naked hikers Dauphiné Savoie, proposed an outing to the Senepy. Why not?! It’s been a long time since I’ve been up there. In addition, he suggests leaving from Mayres-Savel, on the south side. I don’t know about this one.
The village is not big. We pass between the town hall and the church and let’s go for the climb. There is still a few thousand meters of difference in altitude. At first, we talk a little, just to get to know each other, but then a narrow path forces us to follow each other, and then the breath gets shorter. It is that the path follows approximately exactly the ridge. It goes up steep all the time, without really having any rest time. We leave the forest to reach the mountain pastures. We swallowed the thousand meters in less than two hours. A fresh wind welcomes us. But the view is worth staying for a while to admire the landscapes. On one side a panorama from the Chartreuse to the Écrins via Taillefer and Coiro, on the other side, the Vercors barrier at the background and the Monteynard lake at our feet. Too bad the brightness isn’t perfect. The sky is somewhat veiled and the faraway places are not really detached. But it doesn’t matter. We are alone on this summit to enjoy this magnificent view. To go down we make a loop through the Senepy pass, deserted by the herds and the small hut of the greenhouse of the Hanging Cat, where we stop for a snack break.

Train de la Mure

En lisant les comptes-rendus de Philippe sur ses randonnues le long des voies du petit train de La Mure, j’ai réalisé que ce parcours tout proche ne m’avait même pas effleuré l’esprit. Et pourtant, quel beau coin!
Depuis la fin du mois d’octobre, un gros effondrement de rochers bloque la voie de cette ligne de train touristique et empêche toute circulation ferroviaire. Sur la carte, je repère un sentier qui doit rejoindre la voie depuis le hameau des Loriats du village de Monteynard. Il fait un froid glacial avec un vent violent. J’ai trois couches de polaires; c’est mal parti pour une randonnue.
Lorsque j’ai passé le petit col et me retrouve sur le versant dominant le Drac, je suis immédiatement à l’abri du vent. Ça va déjà tout de suite mieux, même si le sol est encore tout givré. Je descends et me réchauffe en marchant. J’arrive au soleil. Là, c’est encore mieux et je peux enfin me déshabiller. Me voilà sur la voie.
D’un coté, l’entrée d’un tunnel. Je commence à m’aventurer dedans, mais ma lampe frontale faiblit. J’ai pris des piles de rechange…mais ce n’est pas le bon modèle. Je me résous à faire demi tour et à partir de l’autre coté. Je passe devant une ancienne maison (gare?) en ruine et continue jusqu’au prochain tunnel, barré celui là. D’après la carte, il me semble que c’est au bout de ce tunnel là qu’a eut lieu l’effondrement. Je reste donc sur ce tronçon de voie qui n’est sans doute pas le plus beau de la ligne, puis je remonte dans la foret et me rhabille en rejoignant le col et le vent.


Reading Philippe’s reports of his hikes along the tracks of the little train of La Mure, I realized that this nearby route had not even crossed my mind. And yet, what a beautiful place!
Since the end of October, a large rock collapse has been blocking the track of this tourist train line and preventing any train traffic. On the map, I spot a path that should join the track from the hamlet of Les Loriats in the village of Monteynard. It is freezing cold with a strong wind. I have three layers of polar fleece; it’s not a good place for a hike.
When I pass the small pass and find myself on the slope overlooking the Drac, I am immediately sheltered from the wind. I’m already feeling better right away, even though the ground is still all icy. I went down and warmed up by walking. I reach the sun. Now it’s even better and I can finally get undressed. Now I’m on the track.
On one side, the entrance to a tunnel. I start to venture inside, but my headlamp is weakening. I took spare batteries…but it’s not the right model. I resolve to turn around and go to the other side. I pass in front of an old house (station?) in ruins and continue to the next tunnel, blocked this one. According to the map, it seems to me that it is at the end of this tunnel where the collapse took place. So I stay on this section of track which is probably not the most beautiful of the line, then I go back up in the forest and get dressed when I reach the pass and the wind.

Coiro

Premier jour de mes congés d’été. J’en profite pour faire une boucle que j’avais repérée sur la carte 3336OT. C’est aussi un coin que j’avais juste en face de moi depuis le Tabor, la semaine dernière.
Je laisse la voiture dans un hameau près d’Oris en Rattier. La première heure je reste habillé pour suivre une petite route, traverser un autre hameau et rester le long de champs qui semble bien entretenus et civilisés. Dès que le chemin tourne dans le vallon du ruisseau de Rif Bruyant, je quitte short et tee shirt. Je resterai nu durant sept heures d’affilé jusqu’à mon retour au dessus d’Oris et de la route.
En suivant le ruisseau, le chemin passe par un joli chemin creux près d’un ancien village déserté, puis monte en sous bois jusqu’à un alpage au fond d’un cirque entouré de sommets. Le sentier continue en lacets (je ne les a pas comptés, mais…). Diversité des couleurs: L’herbe verte se fait plus rare, des passages très minéral dans des pierriers de roche noire, quelques névés d’un blanc étincelant sous le soleil, un ruisseau chargé sans doute de fer traverse le sentier en colorant la roche en rouge. Au milieu des pierres, le bleu des gentianes.
Sans trop traîner, j’aurai mis quatre heure et demi pour atteinte ce petit col, juste sous le sommet du Coiro. Je n’ai vu que trois randonneurs qui descendaient sur un versant opposé à celui sur lequel je montais, donc suffisamment loin pour ne pas être inquiété.
Pour redescendre, je change de versant. Une petite corniche permet de passer au dessus d’une grande combe qui domine la vallée du Perrier. Puis basculement vers une grande pente avec encore nombre de lacets. Ce versant est couvert d’herbe haute. Passage en foret. Ça fait du bien un peu d’ombre. La fin du parcours entre la cabane de la Dreyre et la crête de Belle Côte semble bien peu fréquenté. Le chemin disparaît parfois sous la végétation. Il faut se fier à son sens de l’orientation. Enfin arrivé au dessus d’Oris, il faut finir par une large piste défoncée par les engins forestiers et quelques kilomètres sur la route pour retrouver la voiture.


First day of my summer vacation. I take this opportunity to make a loop that I had spotted on the 3336OT map. It’s also a place I’ve had right in front of me since Tabor last week.
I leave the car in a hamlet near Oris en Rattier. The first hour I stay dressed to follow a small road, cross another hamlet and stay along fields that seem to be well maintained and civilized. As soon as the path turns in the valley of the Rif Bruyant stream, I quit shorts and tee shirt. I will stay naked for seven hours in a row until I return over Oris and the road.
Following the brook, the path goes through a pretty shallow path near an old deserted village, then goes up in the undergrowth to a mountain pasture at the bottom of a cirque surrounded by peaks. The path continues in twists and turns (I didn’t count them, but…). Diversity of colours: Green grass is becoming rarer, very mineral passages in black rocky scree, some snows of a sparkling white under the sun, a stream, probably loaded with iron, crosses the path and colours the rock in red. In the middle of the rocks, the blue of the gentians.
Without dragging too much, it took me four and a half hours to reach this small pass, just below the summit of the Coiro. I only saw three hikers coming down on a slope opposite to the one I was climbing on, so far enough not to be worried.
To get back down, I change sides. A small ledge allows me to pass over a large coomb that dominates the Perrier valley. Then, it tilts towards a large slope with still a number of laces. This slope is covered with high grass. Passage in the forest. It’s good to have some shade. The end of the route between the Dreyre hut and the Belle Côte ridge seems very little frequented. The path sometimes disappears under the vegetation. You have to rely on your sense of direction. Finally arrived above Oris, it is necessary to finish by a wide track broken by the forest machines and a few kilometers on the road to find the car.

Tabor

Début juillet. Vendredi, 10 heures du matin. Je gare la voiture au départ du chemin près du col de Malissol. 150 mètres pour m’éloigner de la route et je me déshabille. Je resterai nu jusqu’au retour à ce même endroit, près de six heures plus tard.
On est début juillet, donc déjà en période de vacances scolaires. Je craignais qu’il y ait du monde en randonnée. En fait je ne verrai personne de la journée. La montagne pour moi tout seul.
C’est un itinéraire de crête. Une ligne directe qui suit la limite des versants orientés vers le plateau de La Mure et des lacs de Laffrey à gauche en montant et vers la vallée de Lavaldens et les montagnes du Valbonnais sur la droite. Un parcours de 1200 mètres de dénivelé qui débute par un étroit sentier dans la forêt pour rejoindre un alpage d’herbe haute puis s’élève par deux bons raidillons jusqu’à la crête rocheuse qui s’étend du Piquet de Nantes au point culminant du Tabor à 2389 m d’altitude.
L’alpage est parsemé de couleurs et il reste même quelques touffes de rhododendrons en fleurs en haut. Le sommet, bien accroché par les nuages le matin, se dégage à mesure que le temps passe. Finalement j’arrive sur un sommet ensoleillé alors qu’au loin la barrière du Vercors ou l’Obiou restent enveloppés de nuages. J’ai décidément toutes les chances.
Le Tabor est aussi accessible depuis la station presque abandonnée de Saint Honoré 1500.


Early July. Friday, 10 a.m. I park the car at the start of the trail near the Malissol Pass. 150 meters to get away from the road and I undress. I’ll stay naked until I return to the same place almost six hours later.
It’s the beginning of July, so it’s already the school holiday period. I was afraid that there would be people hiking. In fact, I won’t see anyone all day. The mountain all to myself.
It’s a ridge route. A direct line that follows the limit of the slopes facing the plateau of La Mure and the lakes of Laffrey on the left while going up and towards the valley of Lavaldens and the mountains of Valbonnais on the right. A 1200-metre gradient which starts with a narrow path in the forest to reach a high grass mountain pasture and then rises by two good raidillons to the rocky ridge which stretches from the Piquet de Nantes to the highest point of Tabor at 2389 m altitude.
The mountain pasture is dotted with colours and there are even a few tufts of rhododendrons in bloom at the top. The summit, which is well hung by the clouds in the morning, clears up as time goes by. Finally I arrive on a sunny summit while in the distance the barrier of the Vercors or the Obiou remain shrouded in clouds. I definitely have every chance.
Tabor is also accessible from the almost abandoned resort of Saint Honoré 1500.

Le Conest

Un matin, je quitte la ville sans même savoir où je vais aller. Tout en roulant, la crête de la montagne du Conest m’attire, c’est un coin que je ne connais pas. Je roule jusqu’à quelques kilomètres de la Motte, me gare sur le bas-côté et pars au hasard. Je n’ai même pas pris de carte. Je reste habillé au début, il y a deux hameaux à traverser, et bien m’en a pris, car je dois franchir une zone d’épineux et de ronces.
Sorti du bois, je me déshabille et grimpe droit dans la pente, bien raide. Je suis à la verticale du village de Vaux. J’atteins un sommet tout rond à 1710 m d’altitude, balayé par un vent frais. D’un coté le Vercors, de l’autre les crêtes du Tabor que j’ai parcouru en randonnue au printemps précédent. En contrebas une mare desséchée et quelques buttes qui dominent la vallée du Drac, avec l’agglomération grenobloise juste devant. Je traîne un peu dans le coin puis reviens par un chemin dans la foret.
Je me rhabille un peu avant la vallée. A part deux randonneurs tout au loin, je n’ai vu personne sinon quelques vaches.
C’était une petite balade de 4 heures, dont 2 heures et demi nu. J’ai même le temps de passer au bureau en rentrant.


One morning, I leave the city without even knowing where I am going. While driving, the ridge of the mountain of the Conest attracts me, it is an area that I don’t know. I drive a few miles from La Motte, park on the side and go at random. I did not even take a map. I remain dressed at first, there are two hamlets to cross, and it was well, because I have to cross an area of ​​thorny and brambles.
Out of the woods, I undress and climb straight up the steep slope. I am vertically in the village of Vaulx. I reach a summit all round at 1710 m altitude, swept by a cool breeze. On one side the Vercors, on the other the crests of the Tabor that I traveled naked hiking in the previous spring. Below a deserted pond and a few hills that dominate the valley of the Drac, with the agglomeration of Grenoble just in front. I walk a little in the area and then come back by a path in the forest.
I dressed up a little before the valley. Apart from two hikers far away, I saw no one but a few cows.
It was a short stroll of 4 hours, of which 2 hours and a half naked. I even had time to go to the office on my way home.