Sac à dos

A moins de ne partir que pour une petite promenade de proximité sans dénivelé et de courte durée, et encore… il me parait inenvisageable de partir en randonnée en montagne sans un sac à dos. Ne serait ce que pour emmener un minimum vital de réserve d’eau et pouvoir y ranger ses vêtements, lunettes et téléphone. Ensuite, en fonction de la longueur de la sortie, de sa difficulté, de la météo et de la saison, il faudra aussi mettre dedans des vêtements de pluie ou de rechange (l’hiver il en faut plus!), du matériel spécifique: guêtres, crampons…, de la nourriture et éventuellement une bouteille de vin, sans oublier évidemment le matériel hi tech: jumelles, appareils photos et objectifs, mini trépied, réserve d’énergie dans la cas d’une rando de plusieurs jours, appareil de recherche en avalanche en hiver…Tout cela représente du poids et du volume à porter des heures durant. Le choix du sac est donc important. Choix cornélien! Un sac trop grand, on a tendance à le remplir et à rajouter encore du poids, trop petit, on risque de ne pas pouvoir y enfoncer tous les vêtements et de se retrouver encombré. Le confort du portage a également son importance pour éviter les frictions sur le dos ou les épaules. Alors depuis des années, j’entasse dans un coin de la chambre différents sacs, et je choisis au dernier moment en fonction des critères de la balade.

Il y a:

– un petit sac de 10 litres, très léger pour les sorties courtes.

– celui de 20 litres, mon préféré en été

– un sac de 35 litres dans un matériau très fin et léger, mais qui craint la pluie.

– les classiques de 40 litres, sur lesquels je peux accrocher les raquettes en hiver. l’un d’eux a des poches facilement accessibles mais se déforme trop quand il n’est pas rempli, un autre est déjà bien usé…un troisième est tout neuf, à tester prochainement!

– les gros de 70 litres et plus, mais l’un est déjà bien lourd à vide, qui ne servent que pour les randos longues de plusieurs jours en transportant tente de bivouac et duvet, réchaud…

et aussi:

– le tout petit sacs de 5 litres pour les sorties en vtt, qu’il m’est arrivé de prendre lors des balades à pied de proximité lors de ce confinement en emmenant le minimum.

– le sac étanche que je pose sur le kayak et que j’ai aussi utilisé pour marcher dans l’eau des ruisseaux.

Je suis toujours à la recherche du sac idéal…qui n’existe pas! Mais le plus agréable, bien sûr, c’est de ne pas en avoir!


Unless you are only going for a short, short, flat, local walk, and then still… it seems unthinkable to go hiking in the mountains without a backpack. If only to bring a minimum of water reserve and to be able to put away your clothes, glasses and phone. Then, depending on the length of the outing, its difficulty, the weather and the season, it will be necessary to put inside rain clothes or a change of clothes (in winter it takes more!), specific equipment: gaiters, crampons… food and possibly a bottle of wine, without forgetting of course the hi-tech equipment: binoculars, cameras and lenses, mini tripod, energy storage in the case of a hike of several days, avalanche search device in winter… All this represents weight and volume to be carried for hours. The choice of the bag is therefore important. A cornelian choice! A bag that is too big, you tend to fill it up and add more weight, too small, you risk not being able to fit all your clothes in it and to find yourself encumbered. The comfort of carrying is also important to avoid friction on the back or shoulders. So for years now, I’ve been piling up different bags in a corner of the room, and I choose at the last moment according to the criteria of the walk.
There are:
– a small bag of 10 liters, very light for short outings.
– the 20-litre one, my favourite in summer
– a 35-litre bag in a very thin and light material, but which is rain-sensitive.
– the classic 40-litre bags, on which I can hang the snowshoes in winter. one of them has easily accessible pockets but deforms too much when not filled, another one is already well worn…a third one is brand new, to be tested soon!
– the big ones of 70 liters and more, but one is already quite heavy when empty, which are only used for long hikes of several days carrying bivouac tent and down, stove…
and also:
– the very small 5-liter bags for mountain bike outings, which I sometimes took during walks in the vicinity during this confinement by taking the minimum with me.
– the waterproof bag that I put on the kayak and that I also used to walk in the water of the streams.
I’m always looking for the ideal bag…which doesn’t exist! But the best part, of course, is when I don’t have one!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *