Lac du Salagou

Depuis longtemps je rêvais d’aller naviguer sur le lac du Salagou réputé pour son environnement de couleur rouge, mais il était toujours un peu à l’écart de mes routes empruntées. Cette année, j’ai une semaine de randonnée programmée dans les Pyrénées. En partant deux jours plus tôt que prévu et en faisant un détour, c’est jouable. Pour ne pas garder la semaine entière mon kayak rigide sur le toit du fourgon, je prends le kayak gonflable Framura qui ne tient pas trop de place dans l’habitacle. J’avais envisagé le camping naturiste du Domaine du Bosc, mais il est sur les hauteurs à distance du lac. Je choisi pour deux nuits seulement le petit camping textile du Mas de Riri, tout au bord de l’eau, ce sera plus pratique. Je roule le jeudi pour arriver dans l’après midi et avoir un premier aperçu du lac et du paysage. Vendredi matin, le soleil brille. A quelques mètres de mon véhicule, je gonfle et mets à l’eau. Tenue: maillot de bain et gilet de flottaison. Je m’éloigne un peu de la rive et quitte le maillot, c’est plus confortable. Mais je ne suis pas seul sur l’eau. Je m’aperçois vite que les pêcheurs sont nombreux, soit en barques soit posés sur les rives avec leurs lignes flottantes sous la surface. J’en accroche une avec ma dérive. Une voix me hèle, invisible dans le contre-jour. Je manœuvre en marche arrière pour m’en défaire. Le pêcheur m’explique qu’ils ont des fils de 80 mètres de long. Difficile à voir depuis le kayak. J’en prendrai une autre un peu plus tard. J’évite aussi de m’approcher de ceux qui sont en bateaux tant pour ne pas les gêner que pour ne pas faire remarquer ma tenue. Je longe les rives de ces collines de terre rougeâtre, les ruffes sédiments argileux chargés en oxyde de fer, contrastant avec les différents verts de la végétation et le bleu du ciel. On en prend plein les yeux! Dans des criques isolées, je peux mettre pied à terre et me balader à proximité. Puis je traverse pour passer sous le hameau des Vailhès et au large de la base de loisir. Je longe une rive qui semble appréciée par quelques naturistes. Je me pose une dernière fois pour une baignade, puis passe devant le village de Celles, abandonné mais semble t’il en cours de restauration. A l’abri d’une petite île juste en face du camping, je remet mon maillot de bain pour débarquer après cinq heures d’une balade tranquille.


For a long time I dreamed of going to the Salagou lake, famous for its red environment, but it was always a little bit off the road for me. This year, I have a week of hiking scheduled in the Pyrenees. By leaving two days earlier than planned and taking a detour, it’s doable. In order not to keep my rigid kayak on the roof of the van for the whole week, I take the inflatable Framura kayak which doesn’t take too much space in the cabin. I had considered the naturist camp-site of the Domaine du Bosc, but it is on the heights at a distance of the lake. I choose for two nights only the small textile camp-site of the Mas de Riri, all at the edge of the water, it will be more practical. I drive on Thursday to arrive in the afternoon and have a first view of the lake and the landscape. Friday morning, the sun shines. A few meters from my vehicle, I inflate and put in the water. Dress: bathing suit and life jacket. I move away from the shore and leave the swimsuit, it’s more comfortable. But I am not alone on the water. I quickly realize that there are many fishermen, either in boats or on the banks with their floating lines under the surface. I hook one of them with my drift. A voice calls out to me, invisible in the backlight. I maneuver backwards to get rid of it. The fisherman explains to me that they have wires of 80 meters long. Difficult to see from the kayak. I will take another one a little later. I also avoid approaching those who are in boats so as not to disturb them and not to make them notice my outfit. I go along the banks of these hills of reddish earth, the ruffes clayey sediments loaded with iron oxide, contrasting with the different greens of the vegetation and the blue of the sky. One takes full of it the eyes! In isolated coves, I can put my foot down and walk around. Then I cross to pass under the hamlet of Vailhès and off the leisure center. I go along a bank which seems to be appreciated by some naturists. I stop one last time for a swim, then pass in front of the village of Celles, abandoned but apparently under restoration. In the shelter of a small island just in front of the campsite, I put back my bathing suit to disembark after five hours of a quiet trip.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.