L’Oeillon

Depuis des années, j’ai pris l’habitude de monter jusqu’à l’Oeillon au mois de janvier, histoire de bien débuter l’année. En quelque sorte un pèlerinage hivernal qui se déroule soit en raquettes dans la poudreuse, soit les pieds au sec sur l’herbe quand la neige se fait désirer. L’endroit se prête bien à la randonnue. Il faut dire que le coin n’est pas trop fréquenté. La première partie jusqu’au Petit Sappey assez ingrate décourage sans doute pas mal de monde. Une fois atteint le plateau, l’ambiance est tout autre. A la cabane du Petit Sappey, prendre le chemin de droite qui se faufile en sous-bois de façon bien plus agréable. Plus loin, il ne faut pas manquer l’embranchement à gauche signalé par un cairn. Le sentier, parfois à peine marqué, monte souvent droit dans la pente, se faufile entre les arbres jusqu’à une petite prairie en clairière. Tout en haut, on débouche sur ce monolithe de pierre, rocher isolé qui se dresse comme une sentinelle en avant-garde des Rochers de Chalves. Une sente permet de contourner la pente et de rejoindre son pied, quand il n’y a pas de neige, ni de terrain trop glissant après la pluie. On peut revenir par le même chemin ou redescendre en restant sur la ligne de crête et en coupant ensuite à travers bois pour retrouver la cabane. Aux alentours, en s’approchant des falaises, on surplombe une série de pointes effilées et de clochetons qui dominent les hameaux de Pomarey et Planfay.


For years, I have been in the habit of going up to the Oeillon in January to start the year off right. It’s a kind of winter pilgrimage that takes place either on snowshoes in the powder snow or with my feet dry on the grass when the snow is desired. The place is well suited to hiking. It is not too crowded. The first part up to Petit Sappey, which is quite ungrateful, probably discourages a lot of people. Once you reach the plateau, the atmosphere is quite different. At the Petit Sappey hut, take the path on the right which winds its way through the undergrowth in a much more pleasant way. Further on, don’t miss the junction on the left, marked by a cairn. The path, sometimes barely marked, often climbs straight up the slope, slipping between the trees to a small clearing meadow. At the very top, you come to this stone monolith, an isolated rock that stands like a sentinel in the vanguard of the Rochers de Chalves. A path allows you to go around the slope and to reach its foot, when there is no snow, nor too slippery ground after the rain. One can return by the same path or go back down, staying on the ridge line and then cutting through the woods to find the hut. In the surrounding area, as you approach the cliffs, you can see a series of tapering peaks and bell towers overlooking the hamlets of Pomarey and Planfay.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *