la Brette

Nouvelle balade les pieds dans l’eau avec l’association des Marcheurs Nus du Val de Roanne. Cette fois le long du ruisseau de la Brette, un affluent de la Roanne que nous avions remonté au mois de juin. On est un dimanche des vacances de juillet et le coin est renommé pour une cascade et ses trous d’eau. On sait qu’il y aura du monde, mais va quand même!

Nous somme cinq, quatre hommes et une femme. En fait, un petit sentier longe à proximité le ruisseau, passant parfois d’une rive à l’autre, c’est lui qu’utilise la plupart des gens qui vont se baigner à la cascade. Mais on trouve beaucoup plus intéressant et amusant de remonter le cours de l’eau, même si cela demande plus d’efforts et d’attention pour trouver le passage entre les galets glissants. L’eau est trouble sans doute remuée par les orages des jours précédents, cachant les pièges des cailloux sous l’eau. Ce qui occasionnera quelques chutes sans gravité. Des groupes de textiles nous doublent aux endroits où le sentier traverse le lit du ruisseau. Après une heure de marche, on arrive à la première vasque au pied de falaises brûlées par le soleil. Deux femmes en maillots sont là avec qui Bernard discute un bon moment tandis que l’on se rafraîchit par un bain réconfortant. De l’autre côté d’un gros amas de blocs rocheux, une deuxième vasque et encore du monde. On avance de quelques dizaines de mètres pour atteindre un espace isolé pour pique-niquer. Après le repas, on reprend notre route vers l’amont. A partir de là, c’est beaucoup moins fréquenté. On rencontrera juste deux naturistes prenant le soleil sur les rochers et un couple de randonneurs effectuant la descente en sens inverse de nous avec qui nous discuterons itinéraires. Petit à petit on sent que le fil de l’eau se fait plus étroit. Finalement on arrive à un champ de noyers sur la rive. Demi tour. On retrouve la foule qui a encore augmenté vers la cascade, puis, comme la fatigue commence à se faire sentir, on emprunte les sentiers pour rejoindre le point de départ au pont de la route d’Aucelon. Six heures de balade, au moins une soixantaine de rencontres. A part les gloussements bruyants d’une femme, et trois ou quatre réponses pincées à nos « bonjour », ces rencontres ont été bienveillantes, preuve que le naturisme peut être bien accepté, notamment dans ce coin de la Drôme où il est pratiqué de longue date au bord de l’eau.


New hike with the feet in the water with the association « Marcheurs Nus du Val de Roanne ». This time along the Brette brook, a tributary of the Roanne that we walked up in June. It’s a July holiday Sunday and the area is famous for a waterfall and its waterholes. We know it will be crowded, but go anyway!
We are five of us, four men and a woman. In fact, there is a small trail running along the nearby creek, sometimes from one bank to the other, which is used by most people who go to bathe at the waterfall. But it is much more interesting and fun to walk up the stream, even if it requires more effort and attention to find the passage between the slippery pebbles. The water is undoubtedly troubled by the storms of the previous days, hiding the pebble traps under the water. This will result in a few minor falls. Groups of textiles pass us at the places where the trail crosses the creek bed. After an hour’s walk, we arrive at the first basin at the foot of the sun-burned cliffs. Two women in bathing suits are there with whom Bernard chats for a while while we refresh ourselves with a relaxing bath. On the other side of a large pile of boulders, a second basin and more people. We move forward a few dozen meters to reach a secluded area for a picnic. After the meal, we take again our way upstream. From there, it is much less crowded. We will meet just two naturists sunbathing on the rocks and a couple of hikers making the descent in the opposite direction of us with whom we will discuss itineraries. Little by little we feel that the water is getting narrower. Finally we arrive at a field of walnut trees on the bank. Half turn. We find the crowd that has increased again towards the waterfall, then, as tiredness begins to be felt, we take the paths to reach the starting point at the bridge of the road to Aucelon. Six hours of walking, at least sixty encounters. Apart from the noisy chuckles of a woman, and three or four pinched answers to our « hello », these encounters were benevolent, proof that naturism can be well accepted, especially in this corner of the Drôme where it has been practised for a long time at the riverside.

2 réponses sur “la Brette”

  1. Génial. Merci de ce partage. Preuve, s’il en était encore nécessaire, que naturistes et textiles peuvent vivre ensemble, dans le respect mutuel de leurs choix vestimentaires. Seuls les esprits chagrins voient dans la nudité simple une « horreur » à bannir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *